Quand l’Agglo de Laval fait main basse sur la ville à bas bruit #2

Penser que poubelles et bus sont les seuls champs d’actions de Laval-Agglo, c'est bien mal connaître l’Agglomération de Laval et ses compétences au moment même où de nouveaux enjeux se font jour.
Car à compter du 1er janvier 2021, les agglomérations prendront la main sur les affaires des municipalités qui y siègent. Un article du Code général des Collectivités Territoriales organise d’ailleurs déjà ce transfert progressif qui maltraite ainsi la démocratie locale directe.
Transferts de compétences riment avec bouleversements engendrant eux-mêmes des inquiétudes légitimes pour les personnels notamment. Deuxième volet de notre enquête.

Par Marrie de Laval

Un transfert de service entraîne donc celui des personnels. Si ces derniers conservent leurs droits lors du changement d'employeur, la grille indiciaire et l'évolution de leur carrière devraient pâtir du régime social de l'agglomération, moins généreux.
La Chambre régionale des Comptes, en 2014, avait indiquée que « le nombre de non-titulaires à l'Agglo serait donc de 9 %, effectifs stables depuis 2009  ».
À la ville, sous le précédent mandat, de gros efforts avaient été réalisés envers le personnel ATSEM des écoles, très fortement fragilisé statutairement. Beaucoup a été fait pour aboutir à un emploi à plein temps. ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici