Quand le Département, il y a longtemps, vantait déjà la « marque Mayenne »

« La Mayenne souffre d’un déficit d’image. Et lorsqu’elle fait parler d’elle, ce n’est pas forcément comme elle le voudrait ». C'est ce qu'écrivait le quotidien Ouest France en Octobre 2001, et c'est toujours vrai. Le conseil général de l’époque présidé par Jean Artuis avait d’ailleurs pris le taureau par les cornes et engagé une campagne de publicité de près de 3 millions d’euros. L'objectif ? Tenter de juguler les effets dévastateurs de la crise de la fièvre aphteuse en souhaitant conforter, déjà, avec 20 ans d'avance, la « marque Mayenne ».

Retour sur investissements

Par Thomas H.

Mettons en place « une campagne de communication nationale d’une ampleur inédite pour le département » avait martelé en 2001, en séance publique, Jean Arthuis dans l'hémicycle du conseil général à Laval. L’heure était grave. En séance plénière et devant la presse présente, le Président du Département avait déclaré aux élus de la majorité et à ceux de l’opposition présents ce jour- là que «  [… ] l’identité profonde et l’image de la Mayenne [avaient] été souillées. L'épidémie de fièvre aphteuse avec ces images abominables, de bûchers et d'animaux incinérés sur place » avaient marqué tous les esprits. Il fallait « rebondir et établir durablement la marque Mayenne », avait lancé le président Arthuis.

Il faut dire qu’en mars 2001, la crise de la fièvre aphteuse avait connu une couverture médiatique démesurée. Les bûchers élevés pour éradiquer la maladie de la terre mayennaise avaient presque des allures de fin de monde. De longues colonnes de fumées s’élevaient dans le ciel mayennais car on avait procédé, à la Baroche-Gondouin, à l’incinération de troupeaux entiers qui avaient été euthanasiés. La Baroche, un village tranquille jusque-là et qui d’un coup d’un seul...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal

J'ai un compte, je me connecte