Réforme de la Justice : entre «Do it yourself» et «menace fantôme»

Avant que le projet de loi ne soit soumis aux députés de l'Assemblée Nationale, leglob-journal vous propose d’aborder les points d’achoppement de cette “nouvelle Justice” et expliquer en quoi ils représentent un véritable déni d’accès au Droit ainsi qu’un véritable renoncement de l’État à la fonction régalienne de la Justice. Ce qui a été un enjeu pour l’absolutisme de nos rois (souvenons-nous de Louis IX et de son chêne) et un pilier de notre Démocratie, issue de la Révolution Française, est désormais délaissé par notre République, sous le prétexte quelque peu fallacieux de rendre le justiciable «acteur» quand la véritable question de coupe budgétaire anime le projet.

Par Marrie de Laval

Une « bonne » justice : un mensonge d’État - #1
N’en déplaise à Calliclès dans le Gorgias d...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici