Retraites agricoles : l’occasion manquée

 

Les agriculteurs attendront encore un peu. La proposition de loi dite Chassaigne, votée à l'unanimité à l'Assemblée Nationale par les députés en février 2017 prévoyait de porter les retraites agricoles de 75 à 85% du Smic pour une carrière complète de chef d'exploitation, au 1er janvier 2018. Le texte devait être adopté le mercredi 7 mars par le Sénat mais le gouvernement en a, au dernier moment, décidé autrement. Réactions en Mayenne.

Par leglob-journal

Géraldine Bannier (LERM 53)
Le montant des retraites agricoles est un sujet bien connu et qui revient à juste titre régulièrement sur le devant de la scène ; de fait, ce montant est sensiblement moins élevé que la pension moyenne des autres retraités, de l’ordre de 40 %, avec une pension nette de 730 euros. Or, cette population, très laborieuse, [10 300 agriculteurs actifs en Mayenne, NDLR] dont les heures hebdomadaires de travail ne sont par nature ni encadrées ni comptabilisées, et les congés annuels pas davantage, a pourtant participé à donner à La France son autonomie alimentaire et a nourri un secteur agroalimentaire très puissant à l’exportation.

Je m’exprime donc - une fois n’est pas coutume - en parfait désaccord avec le recours à «la procédure du vote bloqué» qui repousse à 2020 la revalor...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici