Retraites : une mobilisation à Laval qui n’a pas faibli, au contraire…

2000 manifestants, l’après-midi. 400 le matin… Deux cortèges éloignés dans le temps n’ont pas réussi à converger. C’est la manifestation d’un dissensus à propos de cette réforme des retraites par points que l’exécutif appelle fermement de ses vœux. La CFDT est entrée ce 17 décembre 2019 dans le mouvement mais avec des revendications propres permettant le maintien de la réforme, alors que la CGT, FO, FSU, Solidaires et MNL réclament le retrait.

Manifestation en ordre très dispersé

Par Thomas H.


Des dissensions se sont faites jour localement à Laval en Mayenne, lors des négociations qui ont eu lieu avant le 17 décembre. Résultats : les retardataires à entrer dans le mouvement de

protestation, c’est-à-dire la CFDT, l’UNSA et la CFTC n’ont pas pu se mêler aux manifestants qui ont déjà défilé par deux fois, le 5 et le 10 décembre dernier.

Le cortège de l’après-midi avec ses 2000 manifestants à Laval – © Maxime Lebigot

Le matin à 11 heures, le rassemblement convoqué par la CFDT appelait à manifester pour la « réforme universelle » mais en demandant « le retrait de l’âge d’équilibre [A 64 ans, NDLR] davantage de justice sociale dans le futur système de retraite, un renforcement des dispositifs de retraite progressive, et un minimum de pension pour une carrière complète au delà de 85 % du Smic « .

L’après-midi, vers 13 heures, s’élançaient les opposants déterminés à combattre la réforme par points. Un système qui selon les syndicats nivelle par le bas et crée des inégalités. Les slogans étaient clairs et demandaient simplement son retrait pur et simple, invoquant « Jupiter qui se fait botter le derrière ». Avec dans le cortège des Gilets Jaunes qui avaient décidé de converger et de rejoindre le cortège des manifestants.

Des Gilets Jaunes étaient dans le cortège avec le drapeau de Hong-kong, « symbole de rébellion populaire » – © leglob-journal

Des jeunes aussi, des lycéens, mais également des retraités, des ouvriers, des enseignants, etc, des infirmières et des aides soignantes, avec des sparadraps collés sur le visage pour manifester physiquement leur malaise et leur souffrance.

Sur le rond-point à l’issue du défilé qui est passé devant l’hôpital de Laval – © leglob-journal

Dns un communiqué « l’intersyndicale exige du gouvernement qu’il renonce à son projet de régression sociale« . Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et MNL de la Mayenne appellent l’ensemble des salariés du privé comme du public, les jeunes, les privés d’emploi et les retraités à poursuivre et amplifier la lutte. Elles leur donnent rendez-vous le Jeudi 19 décembre 2019 à 16h30, pour un rassemblement devant la Mairie à Laval

Sur cette photo, le cortège arrive à son point de dislocation, sur le rond-point de la route de Saint Nazaire situé sur le boulevard périphérique, là où les organisations syndicales avaient décidé de mettre fin à la marche revendicative. De leurs cotés, la CFDT, l’UNSA et la CFTC avait choisi, en fin de matinée, un itinéraire plus classique empruntant les quais de la Mayenne, avec comme point de convergence traditionnel, la préfecture de la Mayenne.


Adhérez à l’association leglob-journal et faites un don

Vous avez commenté cet article :

  1. Selon Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs Les Républicains au Sénat : « Faire croire comme le fait le gouvernement que la valeur du point ne pourra pas baisser parce qu’il sera inscrit dans la loi, c’est prendre les Français pour des imbéciles. Chaque loi de finances sera l’occasion pour les futures majorités de revenir sur cette valeur »

    Avis aux syndicats qui défendent la retraite par points.

Commenter cet article