Sa musique a contribué à « unir les races » en Afrique du Sud

Blanc de peau, Johnny Clegg était noir dans sa tête et son cœur

Quand le musicien-chanteur Johnny Clegg se produisait à Laval. C'était le 14 mai 1988 à la salle polyvalente. "Devant près de 5000 personnes, un record » . A la veille de la commémoration du bicentenaire de la Révolution Française, le phénomène Johnny Clegg et le groupe Savuka ne laissaient pas indifférent.

La musique produite sur scène, écrivait à l'époque Turbulence! le mensuel du Comité d'animation de la ville de Laval emmené par Jean-Yves Gougeon adjoint au maire André Pinçon en charge de la Culture, était "une synthèse entre la musique zoulu et anglo-saxone, vibrante, mélodieuse et rythmée. Une harmonie dans laquelle la jeunesse actuelle semble se retrouver » .

Celui qu'on appelait le "zoulu blanc" était " doc...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici