Société – Les canettes de Claude Gourvil, ou le « Street Art de l’incivilité »

"Apologie de l'écrabouillement"

Il ne traque pas les canettes, en fait elles s'imposent à lui. Alors, il a commencé à les photographier sous toutes leurs formes et avec le temps il s'est pris au jeu. A travers cette démarche, il observe la lente dégradation d'un objet symbole de la société de consommation.

Par Thomas H.

Claude Gourvil s'intéresse à ces objets en aluminium qui une fois vides sont jetés par terre. La démarche, " n'est pas sociologique, et ça n'a rien de scientifique...Ces canettes, elles s'imposent à moi, à force de les voir, pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, quand je marche en ville ou je suis à vélo sur l'itinéraire qui me conduit à mon travail. Alors je les photographie. Ça donne à lire, et ça signe quelque chose."

Claude Gourvil a sa petite idée : " Probablement des jeunes qui s'ennuient et qui n'ont pas assez d'argent pour aller dans les cafés. Ils consomment des canettes à plusieurs, soit de bière, de coca ou de jus de fruit qu'ils a...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Vous voulez lire la totalité de cet article? Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal