Stade Lavallois : « De la faute personnelle au naufrage collectif » – Par E. J. Folliard

Dernièrement nous exhortions le Stade Lavallois à retrouver son âme afin de se construire un avenir radieux. Mais jamais, nous n’aurions pu imaginer que dès la deuxième journée de championnat cet espoir allait à ce point voler en éclat, au travers de la voix rugueuse de son entraîneur François Ciccolini. Nous ne reviendrons pas ici sur ses déclarations, proprement inacceptables, dans les couloirs du stade de Boulogne-sur-Mer, que nombre de médias locaux et nationaux ont relayé abondamment mais plutôt sur la gestion par le club de cette affaire. Une véritable tragi-comédie qui a transformé en moins d’une semaine, une faute personnelle, en un véritable naufrage collectif qui altérera durablement l’image du Stade Lavallois.

Par E. J. Folliard

Une gestion calamiteuse qui n’est pas sans rap...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici