Surendettement, heureusement, la commission est là

billets_euros_banniere-2.jpg

« C’est une commission qui soulage, quand on est assailli par les huissiers » résume le directeur de la Banque de France en Mayenne, Dominique Pailleret. Il vient de faire le bilan 2017 en chiffres, des statistiques issues de la commission de surendettement départementale qui se réunie régulièrement en Mayenne pour venir en aide à ceux qui sont étranglés par les dettes. Informatif.

Par Thomas H.

Premier constat : « Le nombre de dossiers est en baisse de 3,3 % en Mayenne et ceux ayant trait aux crédits revolving - ces crédits qu'on obtient facilement ont chuté de 20 % en Mayenne  » explique le directeur de la Banque de France à Laval. Et c’est tant mieux car ces crédits avec des taux de remboursement très élevés sont une vraie cause de surendettement. «Mais attention, pondère le directeur de la Banque de France, ce sont des pourcentages calculés sur de petits nombres de dossiers. »

En tout cas, comme au bas d'un bilan comptable, deux sortes de surendettement.  Celui qu’on dit «actif» ; il existe et vit presque par impulsion ou addiction, - Dominique Pailleret raconte un dossier concernant une personne qui avait contracté jusqu’à 60 crédits au total impressionnant. Actif et son contraire, le surendettement « passif » ; là, il survient souvent par manque de ressource pa...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici