Un an de présidence réformatrice, «et de droite, et de droite»

Le Président descendant l'avenue des Champs Élysées en command-car - AFP

BILAN - Un an après, le Président Emmanuel Macron est fort... fort de ses nombreuses fragilités. Comme souvent, il est plus facile de pointer les faiblesses, surtout lorsqu’elles sont criantes. Force est de constater que le sentiment qui se dégage de cet "an 1" de pouvoir «jupitérien», où les réformes ont succédé aux réformes, c’est celui des Français qui portent à 55 % un regard «négatif, à très négatif» sur le bilan du chef de l’état*.

Par leglob-journal

Quelques temps après son accession, «par effraction» en mai 2017 à l'Élysée, qualifiée récemment de «casse du siècle» par une chaine-télé d'informations en continu, leglob-journal écrivait avant les élections législatives, analysant la constitution du nouvel exécutif « Un gouvernement qualifié de pluraliste, une posture régalienne ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici