Un bateau, une saga, la fin d’un naufrage – par Marrie de Laval 🔓


Des exploitants affiliĂ©s Ă  l’entreprise de transformation du lait Faire France, dans l’Orne et la Mayenne ont soutenu ce projet porteur d’espoir. C’est l’histoire d’un bateau, le Saga, qui blessa gravement son constructeur en 1989 lors d’un transfert de chantier et qui, le 25 juillet 2020, a enfin abordĂ© Ouistreham pour une aventure humaine dĂ©passant les rĂŞves les plus audacieux. Son nouveau destin est d’accueillir des personnes  handicapĂ©es ou des exploitants agricoles en pleine tourmente. Des rencontres insoupçonnables aboutissent finalement Ă  la mise en place d’un programme oĂą les Hommes et l’OcĂ©an vont s’aider mutuellement pour retrouver leur Ă©quilibre.

Renaissance d’un rêve de voilier, recouvrance* à Ouistreham …

Par Marrie de Laval


Après trente-neuf ans de vie inachevĂ©e entre les mains de plusieurs propriĂ©taires jusqu’Ă  celles d’un passionnĂ© aquitain, voilĂ  qu’une petite annonce de juin 2018 le fait revenir chez les descendants de constructeur : son fils, Éric Meunier, et sa petite fille, Florentine Leloup. Le fils veut achever le bateau, l’œuvre de son père qui lui a coutĂ© l’usage de ses jambes lors d’un accident causĂ© par un haillon Ă©lĂ©vateur dĂ©fectueux Ă  l’occasion d’une manĹ“uvre. A ce moment, la question son achèvement et de son usage se pose : hors de question qu’il reste dans un hangar, ce qu’il n’a cessĂ© de faire depuis 1981. Dès le dĂ©part, l’idĂ©e de le mettre Ă  disposition d’associations pour des sorties en mer caritatives ou scientifiques s’impose. C’est que le monde associatif n’est pas Ă©tranger Ă  Florentine Leloup. Elle exerce auprès de la fondation de Maud Fontenoy, en faveur de la mer.

Eric Meunier et sa fille fondent alors l’association SAGA en septembre 2018, avec pour but de « rĂ©habiliter le voilier familial ; le destiner Ă  la promotion solidaire d’une rĂ©gion et de son environnement ; mettre le Saga Ă  disposition d’associations, de groupes ou de particuliers pour des missions ponctuelles environnementales, humanitaires, sociales et Ă©ducatives Â» selon le descriptif-mĂŞme de l’annonce de crĂ©ation de l’association parue le 29 septembre 2018, auprès de la sous-prĂ©fecture de Lisieux.

Les premiers soutiens seront les producteurs de lait via l’association des producteurs de lait indĂ©pendants, l’APLI, nĂ©e d’une rĂ©volte Ă  la suite de la crise du lait en 2009, et qui avait secouĂ© la Mayenne. L‘APLI avec le lait Faire France et la laiterie de Saint-Denis-de-l’HĂ´tel pour la mise en brique du prĂ©cieux breuvage. Curieux mariage de prime abord entre la terre et l’eau salĂ©e. Pour autant, puisque l’idĂ©e est de permettre Ă  l’ocĂ©an de rĂ©parer les personnes accidentĂ©es ou malmenĂ©es par la vie, pourquoi ne pas faire se rencontrer deux mondes si dĂ©pendants l’un de l’autre ?


le voilier Saga sur les quais
Sur le quai d’Ouistreham avant le dĂ©part – © lesaga.fr

C’est Ă  cette fin que les statuts de l’association sont modifiĂ©s. Desormais, il faudra compter sur le but « de crĂ©er et animer un do tank (nĂ©ologisme barbare pour un think tank agissant (en anglais “do » se traduit par faire par opposition Ă  “think”, penser) embarquĂ© au bĂ©nĂ©fice du monde agricole et de l’ocĂ©an, ainsi que l’utilisation solidaire d’un voilier au bĂ©nĂ©fices d’associations, de groupes ou de particuliers pour des mission de sensibilisation Ă  l’environnement, humanitaires, sociales, Ă©ducatives Â» selon les modifications statutaires publiĂ©es en dĂ©cembre 2019.

Le ton est donné. Le projet va passer à la vitesse supérieure et se met en ordre de marche.


© Site lesaga.fr

Faire Recouvrance Ă  Ouistreham !


C’est pourquoi, le samedi 25 juillet, Ă  Ouistreham, si le fils a fait la surprise de prĂ©senter le Saga achevĂ© Ă  son père de 80 ans, la petite fille permet, par la mise Ă  l’eau officielle, de vĂ©ritablement fournir la raison d’être d’un navire : voguer, et le plus longtemps possible.

Des membres de Faire-France, justement, se sont engagĂ©s en temps et en Ă©nergie pour ce projet. Ils reprĂ©sentent ce qu’ils appellent « une autre façon de produire« , dans le respect de « ceux qui font le lait Â». Il s’agit de les rĂ©munĂ©rer Ă  juste proportion de leurs activitĂ©s. Et il est Ă  craindre que les temps Ă  venir, dĂ©jĂ  particulièrement durs depuis la dĂ©rĂ©gulation du marchĂ© europĂ©en et des quotas, ne vont pas ĂŞtre tendres.

Avec la crise du Covid-19, durant le confinement, des exploitations ont dû jeter le lait parce que certaines laiteries, compte-tenu des mesures de préventions de l’épidémie, n’ont pu, ni relever les tanks de lait, ni stocker en attendant l’emballage des produits bruts ou transformés, faute de débouchés (par exemple les services de restaurations collectives). Certains ne s’en remettront pas financièrement.

Par surcroit de malchance, certaines coopĂ©ratives laitières suggèrent dĂ©jĂ  des baisses de prix Ă  l’exploitant  pour tenter de se placer sur le marchĂ© international du lait et profiter des difficultĂ©s dans certaines zones du monde. Encore faut-il avoir les reins solides pour jouer.

Par un effet pervers, Ă  force de se regrouper en coopĂ©ratives, le trop grand nombre d’adhĂ©rents Ă©touffe la voix des membres lors des dĂ©libĂ©rations. Et la structure coopĂ©rative, active sur les grands marchĂ©s tend parfois plus Ă  raisonner en entreprise capitaliste, prĂŞte Ă  baisser ses prix pour vaincre la concurrence. PlutĂ´t que de permettre la production et la transformation du lait en produits Ă  forte valeur ajoutĂ©e et servir Ă  rĂ©munĂ©rer les producteurs, l’argent reste dans la coopĂ©rative pour financer sa structure et tenir dans la guerre des prix.

La Terre va mal, c’est l’océan qui le dit, malade lui aussi. Heureusement, avec le Saga, il peut être permis d’espérer une recouvrance, même sur les quais de Ouistreham. ◼


* En rĂ©fĂ©rence Ă  la Recouvrance, mot de vieux français pour recouvrement de la bonne santĂ© mais aussi un quartier de Brest et la rĂ©plique d’une goĂ©lette du dĂ©but du XIXe siècle


Abonnez-vous au Glob-journal pour lire ce qu’on ne lit pas ailleurs en Mayenne, et soutenir une nouvelle offre de presse


Commenter cet article