Un bilan de roi

Phrase emblématique du Président peinte sur un mur en ville, comme un boomerang

Quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, le passif après quatre ans de mandat sera toujours plus fort. Les arguments sont dévalorisés. Le tempo n’est plus au beau fixe, et la perception est entachée de matières négatives qui plombent.

Le roi essaye de se refaire une image positive, le voilà en campagne, mais il a dès le départ mis sa culotte à l’envers et depuis il court à nouveau pour gommer ses propres erreurs.

Extrait du Discours de Saint Jean de Latran sur la laïcité

Les fastes du roi n’ont pas du tout été appréciés de son peuple. Dès le début. Dans un restaurant choisi en comité restreint du premier cercle il s’est donné en spectacle. Il s’est laissé griser sur le yacht prêté par un de ses vassaux. Et ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici