Un ex-PDG d’Aprochim : «Des produits gazeux qui s’échappent, on ne peut pas les contrôler!»

EXCLUSIF - Didier Routa* ne mâche plus ses mots. Sur leglob-journal, le PDG d’Aprochim de 1988 à 2004 explique ne pas avoir souhaité mettre en place l’extraction des PCB sous vide, procédé utilisé actuellement en Mayenne à Grez-en-Bouère par la filiale de Chimirec. Un procédé qui s’est avéré dangereux, si on se réfère à l’«incident » du vendredi 13 octobre 2017 et qui aurait pu être encore plus grave. Didier Routa porte également un jugement sur les dirigeants d’Aprochim, filiale de Chimirec, qui ont eu à gérer la divulgation de la pollution il y a 6 ans... mais pas uniquement.
Entretien avec Didier Routa

leglob-journal : Vous avez été PDG d’Aprochim entre 1998 et 2004, et vous aviez fait des essais de traitement des PCB par extraction sous vide, un système qui est à l’origine d’une violente explosion récente sur le site de Grez-en-Bouère et de plusieurs incidents selon les associations de défense. Quelles avaient été vos conclusions à l'époque ?

Didier Routa : On a fait effectivement des essais avec un ingénieur qui était mon directeur technique, mais en labo, et il a considéré que l’extraction sous vide ne pouvait être envisagée que dans la mesure où on faisait un traitement thermique en aval.

Pour vaporiser des PCB, il faut monter à 300°, sinon ça ne fonctionne pas. Si...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici