Un islamiste algérien condamné à mort dans son pays, persona non grata en Mayenne

Le "numéro 1 mayennais" vient d'écrire au Ministre de l'Intérieur pour réclamer le départ «dans les plus brefs délais» d'un islamiste assigné à résidence en Mayenne. Le président du Conseil départemental le fait savoir en rendant publique la lettre qu'il a envoyée au N°1 de la Place Bauveau

Par Thomas H.

Le moins qu'on puisse dire c'est que ce transfert ne fait pas les affaires de l'avocat et président du Conseil départemental de la Mayenne. L'attitude semble procéder - quand on y regarde de plus près - du principe du "partout ailleurs mais pas chez nous!" L'UDI Olivier Richefou ne souhaite semble-t-il pas plus que cela, prendre sa part dans l’accueil en France d'un islamiste assigné à résidence sur le territoire français par la force de la Justice et ce depuis des années. Il l'a écrit directement au ministre en demandant que «cette situation imposée par l’État français et la Cour européenne des Droits de l'Homme (...) s'inscrive dans un temps le plus court possible».

Da...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal