Un mur qui tombe

Un mur qui tombe, c’est de la liberté en plus. Un mur qui se lève, c’est de l’incompréhension ; à tout le moins, de la distanciation. Celui qui se trouve entre vous et votre voisin, vous avez envie de le conserver intact, parce qu’il vous préserve dites-vous et vous procure une certaine intimité. En revanche, celui qui sépare deux nations, deux pays, deux peuples en deux mondes idéologiques différents, et qui écarte l’individu l’un de l’autre et qui déchire peu à peu les familles, celui-là vous n’avez qu’une seule envie bien sûr, c’est de le voir s’effondrer.
Il y aura, hélas, toujours des murs
Par Thomas H.

L’Allemagne de l’Est l'appelait « mur de la paix » et l’Allemagne de l’Ouest «mur de la honte ». Un mur-sécurité érigé pour éviter toutes tentatives d'ingérence des dogmes respectif...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici