Une école bien malmenée

ecolepubliquemayenneconvention.jpg

Par Thomas H.

Les enseignants du service public en Mayenne comme partout en France sont majoritairement face à un mur. Ils s'interrogent sur le pourquoi de ce qu'ils vivent : «la lente dégradation de l'école» en général, comme si elle était stratégiquement programmée.

Ils défendent l’avenir de l’école de vos enfants et demandent que l’on soit respectueux de ce qui les anime. La passion d'enseigner. Mais en vain. Ils ont le sentiment de ne plus être entendus.

Ils ne veulent pas d’une école rabaissée, ni même écornée au nom de l’économie. Force est de constater qu’en cette rentrée, c’est le principe du « bouts de chandelle. » qui prévaut. On est loin de l'image idyllique véhiculée officiellement.

Ici en terminale, c’est un prof’ de maths qui manque depuis la rentrée (rien de plus banal!), mais dans une classe d’examen et donc avec le bac au bout : c'est ballot et c'est plus embêtant! Une absence pourtant prévisible car le titulaire du poste avait prévenu bien avant les vacances.

Pour essayer de combler le trou, l’administration a fait une proposition pour le moins étonnante : débaucher une instit’ de CE1 par téléphone qui est ingénieure de formation et qui enseigne à des élèves de primaire. Objectif, la catapulter devant des lycéens avec comme carotte la certific...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici