Une épée de Damoclès

 

Après le départ de Flextronics, la même histoire va-t-elle se répéter sur Laval ? L’an dernier 2 élus mayennais de poids se sont rendus à Paris pour y rencontrer Laurent Burelle, le PDG de Plastic Omnium dont le groupe détient à 100% Inergy-Automotive Systems France à Laval. Le sénateur Jean Arthuis et le député-maire de Laval Guillaume Garot, président respectivement du Conseil général et de Laval agglomération sont allés plaider le maintien à Laval de l’activité du Centre Technique d’Inergy. Peine perdue apparemment.

Même avec une offre de terrain viabilisé et des accommodements attractifs pour séduire encore plus, le PDG n’a semble-t-il pas voulu répondre favorablement aux sirènes mayennaises. Le spectre de la délocalisation est donc toujours là. Une délocalisation à plus ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici