1918 : Une paix fragile qui pèsera sur l’avenir de l’Europe – Par Michel Ferron

Une terrible boucherie perpétrée au nom de la folie humaine. On y a mis fin, il y a cent ans. La Première guerre mondiale a fait plusieurs millions de morts, et son lot de veuves et d’orphelins. « Partis la fleur aux fusils », les hommes ont laissé les femmes et les enfants seuls, à l’arrière et pour toujours. La « Grande guerre » s’est incrustée dans les tranchées infestées de rats et de vermine....

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Abonnez-vous

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Faites le choix de l'investigation en Mayenne



Contactez-nous : ici