1918 : Une paix fragile qui pèsera sur l’avenir de l’Europe – Par Michel Ferron

Une terrible boucherie perpétrée au nom de la folie humaine. On y a mis fin, il y a cent ans. La Première guerre mondiale a fait plusieurs millions de morts, et son lot de veuves et d’orphelins. « Partis la fleur aux fusils », les hommes ont laissé les femmes et les enfants seuls, à l’arrière et pour toujours. La « Grande guerre » s’est incrustée dans les tranchées infestées de rats et de vermine. Celle qui devait être la « Der des der » a généré des milliers de « gueules cassées » qui une fois l’Armistice signé ont été le plus souvent oubliés. Des hommes détruits, cassés, gazés, aux poumons détériorés. Chaque année la flamme du Soldat Inconnu est ranimée sous l’Arc de Triomphe. Souvenir et commémoration. Cette guerre de 14-18 qui va s’inscrire dans la durée, c’est hélas un trop fantastiqu...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici