A Vimarcé, 220 habitants : deux listes, 21 candidats, 11 places – Par Thomas H.

Les municipales en milieu rural. Dans certains villages en Mayenne, les électeurs ont droit à deux listes. Ils ont de la chance, celle du choix, quand dans des villes comme Evron, Ernée, Entrammes, Changé ou Saint-Berthevin pour ne citer que celles-là, ils doivent se contenter d’une seule liste. L’exemple de Vimarcé : le village aux deux listes, dans le nord de la Mayenne.

Onze places dans le conseil

Par Thomas H.


Vimarcé, le 15 mars, les électeurs auront entre les mains deux bulletins qu’ils pourront panacher, c’est-à-dire qu’il leur sera possible de rayer, ou de rajouter des noms. «  Cela ne nous fait pas peur, on y est habitué. » dit cet habitant. D’ailleurs, les noms sur les listes sont par ordre alphabétique. Point de préséance, ni de prépondérance, en apparence. Mais ils auront le choix entre deux listes, pour composer, sur le terrain, un conseil municipal, comme une équipe de football…

Une liste avec Emile Tatin, le maire sortant qui laisse sa place, et est emmenée par Patrick Manjoin, 62 ans, retraité de l’industrie agoalimentaire. Et une deuxième, conduite par un agriculteur, bientôt à la retraite, puisqu’il aura 62 ans entre les deux tours.

Loïc Chapeau explique qu’il « s’agit d’une liste qui n’est pas en opposition au maire sortant Émile Tatin, mais bien une liste de propositions ». Quant à Patrick Manjoin, même état d’esprit : « Il n’y a pas franchement d’animosité entre les deux listes. Ce n’est pas la guerre. On a encore déjeuné ensemble avec Loïc dimanche dernier au CCAS…»  

L’école a cristallisé

C’est l’école et la fusion qui sont à l’origine de ce qu’il faut bien appeler un petit « duel » électoral même si Patrick Manjoin n’aime pas ce terme de duel. « L’école a cristallisé raconte Loïc Chapeau. Nous formons une liste apolitique, car dans le village, on n’apprécierait pas si nous étions politisés. On dit chez nous, mordu du chien, mordu de la chienne, de gauche ou de droite, c’est pareil. La politique politicienne et nous, c’est vraiment deux choses différentes.». Loic Chapeau avance l’âge moyen de sa liste et compare : « une moyenne d’âge de 56 ans. Pour eux en face, c’est un peu plus jeune, 51 ans… ».

« Je me présente à cette élection, dit Patrick Manjoin, parce que le maire sortant me l’a demandé. Émile Tatin est sur la liste, c’était une des raisons pour que j’accepte et lui était prêt à rester si j’étais tête de liste… » Ce que confirme ce dernier, « je lui avais demandé depuis longtemps d’être tête de liste… et il a accepté« . On ne peut pas être plus clair en terme de soutien réciproque…

Pourtant, en 36 ans, il n’y a « jamais d’opposition à Vimarcé, c’était simple, analyse Loïc Chapeau. Simple depuis 1983 et depuis l’arrivée à la tête de la municipalité de « Madame de Gastine », Colette, la femme d’Henri de Gastine. Ce dernier s’était présenté et n’a jamais été élu maire. C’est de là qu’il est parti se faire élire dans le Sud-Mayenne.».


Arc-en-ciel sur la place du village de Vimarcé – © leglob-journal

Loïc Chapeau sait en revanche que s’il n’est « pas élu » , il n’en fera « pas une maladie ». Il restera sur Vimarcé. Ce qu’il veux avec ses colistiers, c’est « attirer des jeunes familles et favoriser le télétravail ». C’est pour cela, selon lui que l’école est importante. Pour l’attractivité. « Emile Tatin a fermé son école » lance Loïc Chapeau qui explique que « Vimarcé et Saint-Pierre-sur-Orthe était en Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) depuis 40 ans et le problème est arrivé quand à Saint-Martin de Connée, le diocèse a fermé l’école ». « Trente-sept élèves » étaient sur le carreau. « A l’époque, Emile Tatin, 71 ans, a refusé, selon Loïc Chapeau, de les prendre dans le village et d’ouvrir une seconde classe dans la salle des fêtes, expliquant que « le  lieu de vie, c’est l’école et pas la salle des fêtes… » ».

Le maire sortant qui ne se représente pas au scrutin de mars 2020 aurait alors été mis en difficulté ces dernières années et figure néanmoins sur la liste de Patrick Manjoin qui nuance : « La non-acceptation de l’accueil des élèves, cela s’est fait à la majorité du conseil municipal. C’est Tatin et la majorité du conseil municipal qui ont refusé, dont l’épouse de Loïc Chapeau… Et puis c’était beaucoup plus logique que de faire des transformations dans la salle des fêtes… »

Loïc Chapeau parle de sa liste : « Elle est réelle et sérieuse » avance-t-il, comme si d’autres étaient virtuelles. « On a prévu de petits travaux dans le village. Nous avons un budget de 120 000 à 130 000 euros, sans emprunt à rembourser. » Le candidat sait de quoi il parle, son épouse était en n°2, dans l’équipe Tatin, elle a fait deux mandats en tant que première adjointe, et elle a été vice-présidente de la communauté de communes de Bais en charge des Finances pendant un mandat. Alors les sous, elle connaît. Et lui aussi…

Patrick Manjoin parle de sa liste : « Il y 11 postes à pourvoir et j’avais entre quinze et vingt personnes qui voulaient entrer dans le Conseil municipal, il a bien fallu faire des choix. Moi, j’y vais pour la communauté et pour créer une commune nouvelle par la fusion, une école, la préservation de l’école, une crèche et d’autres choses…c’est motivant et puis pour faire vivre nos bourgs et faire vivre les projets en cours… Si Chapeau avait été pris sur ma liste, il n’y aurait peut-être pas eu de seconde liste. Quant à la présence de Emile Tatin, je reconnais ce qu’il a fait en tant qu’élu. »

Une rue principale « De Gastines »

A Vimarcé dans la rue principale, la rue Henri Macé de Gastines qui fut élu député de la Mayenne en juillet 1968, on ne compte plus un seul commerce. L’épicerie a fermé dans les années 90 et on entend plus le bruit de la récréation, comme lorsque les enfants jouaient dans la cour de l’école. Comment ramener des habitants ? La question à Vimarcé est comme partout ailleurs en Mayenne, bien réelle et sérieuse. Des éléments structurants doivent être en capacité d’attirer des familles qui ne vont pas spontanément venir dans le village. Le retour à « l’aménagement du territoire » en somme…


La fête du village à Vimarcé – © leglob-journal

Loïc Chapeau développe : « Cette liste que nous menons face à Patrick Manjoin porte sur le projet de fusion avec les trois communes, Saint-Martin-de-Connée, Saint-Pierre-sur-Orthe et Vimarcé et la création d’une école nouvelle. Nous voulons avoir le maximum de subventions et nous voulons une fusion équitable » . L’école pourrait se faire à Saint-Pierre-sur-Orthe. il y a une petite centaine d’enfants actuellement. Tout le monde est plus ou moins d’accord. L’école de Vimarcé est vide et ne dispose que d’une classe. « Ce sera impossible de ramener l’école à Vimarcé, analyse l’agriculteur. » Pour Patrick Manjoin, pragmatique lui aussi « Aujourd’hui, c’était impossible de conserver une école à Vimarcé parce que c’est une classe unique et l’Inspection d’académie n’en veux pas… » Il est un fait que le prétexte de la classe est unique est avancé par l’inspection d’académie de la Mayenne qui a fermé beaucoup d’école à une seule classe dans le département.

Patrick Manjoin se retranche derrière l’expérience: « J’ai pris des anciens conseillers sortants et le maire. On a voulu respecter la parité. Vous savez ce n’est pas obligatoire dans les petits villages. Mais c’est une question d’éthique… »

La fusion doit être équilibrée. « Chacune des trois communes doit avoir le même nombre de conseillers, et il faudra un cahier des charges » avance Loïc Chapeau. Pour Patrick Manjoin, « le but final, c’est de faire une fusion solide et solidaire et de faire une commune nouvelle qui soit en compétence et non dans le conflit… Bien sur qu’il faut que chaque commune soit représentée. Est-ce que c’est au prorata des habitants, ou du nombre de communes ? Il sera toujours temps de le décider

« J’ai fait pour le mieux… »

Emile Tatin raconte la salle des fêtes qui a été refaite en 2002 -2003. « Et il aurait fallu la retransformer pour accueillir quarante à cinquante élèves ! Cela aurait été très onéreux ! J’ai fait pour le mieux et si c’était à refaire je ferai la même chose ! Pourquoi veux-t-il rester dans le conseil ? Pour terminer ce qu’on a commencé » explique-t-il. On sent bien que l’ancien maire n’apprécie pas qu’on lui reproche, sans cesse, cette fermeture d’école qui lui pèse.

Le poumon du village, ce qui fait l’attrait des couples qui viennent s’installer à Vimarcé, c’est justement l’école. « Elle aurait pu déjà fermer en 1986, et en 2000… A deux reprises nous l’avons sauvée. Aujourd’hui, nous avons du mal à trouver des assistances maternelles. Il faut penser à créer une micro-crèche pour inciter les parents à venir. Si il n’y a plus d’école à Vimarcé faut pas croire que cela me fait plaisir au contraire !… »


L’école de Vimarcé fermée par le maire sortant Emile Tatin – © leglob-journal

Emile Tatin, c’est le maire aux trois mandats de 1er adjoint de 1983 à 2001. Puis il a réussi à s’installer à trois reprises dans le fauteuil de maire de 2001 à 2020. Dans un village dont la population a toujours connu une progression en dent de scie selon lui. « On a un souci, celui des maisons vides, mais c’est beaucoup le cas en Mayenne, vides et pas restaurées et donc non-vendables. En tant que maire, je subis et cela me fait mal au cœur ! »

« Vimarcé à l’époque, c’était le village aux quatre cafés, puis la municipalité avait souhaité en faire vivre un, pour maintenir un lieu de vie, mais cela n’a pas fonctionné. Il n’y en a plus… En revanche, les enfouissements sont faits… c’est paysagé… » Vimarcé est un peu loin de tout. « Un peu loin d’Evron, à 18 Km, où l’on trouve l’usine Bel et l’abattoir Socopa et ses 1500 salariés à deux deux. Quant à Sillé-le-Guillaume, en Sarthe, c’est plus prêt, mais malheureusement, c’est une petite ville qui se meure...»  

Au bout de 37 ans, Vimarcé retrouve donc une seconde liste aux Municipales. C’est un peu de démocratie qui entre au village disent les habitants qui veulent bien s’exprimer. « Une vraie élection!… » Du débat aussi, et de la confrontation d’idées. « Si c’est la liste de Manjoin qui passe je sais comment cela se passera, en revanche, je ne sais pour ce qui est de Loïc…. » avance Émile Tatin. Une façon pour lui, l’air de ne pas y toucher, de faire passer encore une fois sa consigne de vote.


Adhérez et faites un don

Ils ont commenté cet article :

  1. Bonjour,

    Suite à cet article , je tiens à vous indiquer que contrairement à ce que laisse entendre Mr Manjoin, Mme Claudie Chapeau n’a jamais voté pour la fermeture de l’école.

    Plus précisément encore, Il y a eu deux votes à ce sujet.
    Le premier pour garder l’école et mettre la salle des fêtes à disposition des élèves de Saint Martin de Connée.
    Le second vote à l’initiative du Maire annula le premier et permis la fermeture de l’école de Vimarcé, trois conseillers ayant changé leur vote.

  2. Bonjour,
    je connais bien ce village et le maire sortant Emile Tatin, l’article résume bien la situation. Mais Loïc Chapeau est assez agressif pourquoi???
    Par contre il y a également deux listes sur la commune de Champgénéteux, vous n’avez pas fait d’article sur cette commune pourquoi??

    Cordialement

    1. Merci pour votre réaction…
      Pour répondre à votre deuxième partie de commentaire : c’est simplement parce que nous n’avons pas, hélas, suffisamment de moyens humains pour le faire…
      Thomas H.

Commenter cet article