BREXIT : « Comment sortir de la maison commune, tout en restant dans le jardin ? »

EUROPE - À un peu plus d’un an du 29 mars 2019, minuit, date de la sortie effective du Royaume-Uni, - une opération conduite par le Français Michel Barnier, négociateur en chef -, force est de constater que les multiples contentieux sont loin d’être dissipés, rendant le processus de divorce de plus en plus tortueux. Plus que jamais, se confirme l’étroite imbrication des conséquences du référendum de juin 2016 dans les aléas de la politique intérieure de la Grande-Bretagne. Pour Michel Ferron le président de la Maison de l’Europe en Mayenne, « Le Brexit est un échec de, et pour l’Europe, pour le Royaume-Uni et pour la France ». Analyse.

Par Michel Ferron

La gouvernance indécise de Theresa May sur le dossier du Brexit fait le lit d’une grave crise institutionnelle, source de cacophonie et de paralysie. L’actuelle locataire du 10, Downing Street – dont il faut rappeler l’opposition initiale à titre personnel à une rupture avec l’UE – donne l’impression (pathétique) de ne pouvoir garder le cap qu’au prix de contorsions de plus en plus acrobatiques.

Elles fragilisent son autorité de chef de gouvernement, depuis qu’elle a perdu la majorité absolue aux dernières élections législatives. Alors question : le référendum de 2016 : authentique consultation populaire ou simple man...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici