De l’anglais sur la Tour Eiffel! Shocking?

«La récente polémique qui a surgi à l’occasion de l’affichage sur la Tour Eiffel d’un slogan en anglais « Made for sharing » littéralement “Fait pour partager”, pour lancer la candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024, est assez bien représentative de nos rituels accès de frilosité hexagonale, teintée de nationalisme bien-pensant», estime Michel Ferron sur leglob-journal. À lire ses «réflexions libres autour d’une controverse».

Par Michel Ferron*

Que les respectables membres de l’Académie Française, gardiens de la normalité et du bon usage de notre langue se soient émus de cette contagion linguistique, passe encore.

Mais que Bernard Pivot, accoucheur médiatique de nombreux talents littéraires, se laisse aller à une dénonciation étonnante, parlant d’une « ânerie » et déplorant que « Paris, capitale de la francophonie, fasse la courbette devant la langue qui n’est pas seulement celle de Shakespeare mais celle de Donald Trump » (Libération des 18-19.02.17) ne manquera pas de décevoir les aficionados de l’ancienne émission Apostrophes, qui mettait en scène avec bonheur de grandes plumes nationales (mais aussi étrangères).

Doit-on absolument se gausser de ce que certains qualifient de « slogan pour pizzas » ou tout simplement accepter la légitim...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici