Emmaüs 53 : « la rencontre, le carreau cassé et la porte ouverte » – Par Philippe Leroy

Alors que 35 logements neufs viennent d’être inaugurés pour les compagnons de la Communauté d’Emmaüs à Villiers-Charlemagne, retour sur celui qui fut le Président-fondateur de la Communauté. Louis Hamard, s’il avait été présent à l’inauguration , aurait été sans doute plus que heureux de voir les compagnons hébergés dans de nouveaux logements tout neufs. Lui qui « s’est investi toute sa vie pour rendre leur dignité aux femmes et aux hommes les plus démunis ». Décédé le 22 janvier 2020, Louis Hamard avait 88 ans. « Son départ le même jour que l’Abbé Pierre est une forme de clin d’œil bien-sûr, qui le rapproche de son ami (…)  » devait déclaré Jean Rousseau, ancien président Emmaüs-France et Emmaüs international. Quant au directeur d’Emmaüs en Mayenne, Philippe Leroy lui a rendu lors de ses obsèques à Laval, un très bel hommage. Leglob-journal reproduit ce texte alors que le ruban tricolore vient tout juste d’être coupé par les officiels.

« Sans Louis Hamard, il n’y aurait pas de Communauté »…

Par Philippe Leroy


Je voudrais articuler ces quelques mots autour de trois symboles qui ont vraiment guidé la vie de Louis Hamard, tout au moins la partie que je connais, celle qui a trait à Emmaüs.

Et tout d’abord une pensée pour celles et ceux qui ne sont plus là et qui ont participé à l’aventure, en ont été les témoins, les pionniers ou bien les initiateurs : l’abbé Pierre, le père Laizé, Roselyne, Henri, Christiane, Jean, Mahamady et bien d’autres…

Trois symboles, je vous disais… Et tout d’abord celui de la main tendue, de la rencontre. Emmaüs comme nous le savons, c’est d’abord une rencontre autour d’un repas avec un inconnu et l’espoir qui surgit de cette rencontre. L’abbé Pierre place le début des communautés Emmaüs avec la rencontre de Georges, le premier compagnon, homme désespéré, prêt au pire pour échapper à son désarroi. «Viens, viens m’aider à aider » sera la parole qui redonnera du sens à la vie de Georges, le plaçant dans l’action pour servir les autres.


Les logements ont été dessinés par le Cabinet d’Architecte Thellier – © leglob-journal

Louis Hamard fera ainsi de belles rencontres à Emmaüs et en premier lieu avec les compagnons qui feront la communauté à ses débuts : Jacques, Hubert, Marinette, Dominique et tous les autres…

Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime”.


L’entrée d’un logement avec salle d’eau et coin cuisine – © leglob-journal

Louis avait une véritable tendresse pour les compagnons et ils s’arrêtaient très souvent boire le café rue Solférino, pour discuter, se faire réconforter, prendre un peu de chaleur presque familiale.

Le deuxième symbole, c’est celui du carreau cassé. Cette image, l’abbé Pierre l’utilisait souvent pour nous inviter à ne pas oublier ceux qui sont dehors, ceux qui souffrent et qui ont besoin de nous.


Un partie des 35 logements rénovés – © leglob-journal

« L’urgence est au partage ». Encore une formule choc de l’abbé Pierre pour nous inviter à la générosité, à l’hospitalité. Accueillir, animer, créer une belle communauté sans oublier ceux qui sont à l’extérieur. Ainsi Louis développera les liens avec l’ADASA, association départementale d’aide aux sans abri en Mayenne, sans oublier la dimension internationale avec le partenariat qui dure depuis presque 30 ans avec la SEMUS au Burkina Faso [Les agriculteurs sont encouragés à s’organiser en coopératives afin d’optimiser leurs rendements, NDLR].

Enfin le troisème symbole, c’est celui de la porte ouverte. Porte ouverte sur un monde qui bouge et voit sa population se déplacer en raison des guerres, de la famine, du changement climatique, de l’accaparement des richesses, de l’injustice.


Un des compagnons – Photo David Ouvrard

Un poème de l’abbé Pierre est inscrit à l’entrée du Centre abbé Pierre à Esteville en Seine-Maritime : « Il faut aimer les portes. Car elles sont le lieu où nul ne reste. Le lieu par où l’on passe. Par où l’on part. Par où s’en viennent toutes rencontres. »

Ainsi la communauté Emmaüs de la Mayenne, créée par Louis Hamard accueille-t-elle aujourd’hui pour moitié de son effectif des compagnes et des compagnons du monde entier et les accompagne pour accéder à une vie meilleure faisant sien l’Article Treize de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays« .


Louis Hamard, le Président-Fondateur de la Communauté Emmaüs – Photo David Ouvrard

Notre engagement, nous qui poursuivons ton œuvre Louis, est de maintenir vivants ces trois symboles, la rencontre, le carreau cassé et la porte ouverte, pour un monde plus fraternel, plus solidaire, plus juste pour toi Louis qui n’est plus, pour ceux et celles qui sont là aujourd’hui et qui ont besoin de nous. Et enfin pour ceux et celles qui viendront frapper à notre porte demain.


Cet hommage a été rendu, par Philippe Leroy, le directeur d’Emmaüs en Mayenne, à Louis Hamard, le 27 janvier 2020, en l’église Saint-Vénérand de Laval.


Adhérez et faites un don

Commenter cet article