Le rôle des syndicats ? : «le rapport de force, pas d’accompagner»

A Laval, des rosalies, en tête du cortège, des manifestants, des militants, des habitués, des syndicalistes, des «travailleurs» de la fonction publique et un peu du privé ; et puis à la fin, une immense banderole revendiquant un «Soutien aux cheminots». Ce fut cela le 1er mai 2018 à Laval, qui se voulait «unitaire et combatif» selon les mots d'ordre des organisations syndicales GCG, FO, FSU et Sol...

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Abonnez-vous

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Faites le choix de l'investigation en Mayenne



Contactez-nous : ici