Littérature – Monique Molière a lu pour vous…

Proposer un recueil de poésie, vieux de presque quatorze siècles et chinois de surcroît, est sans doute osé. L’exercice est périlleux. Pourtant pour inaugurer cette année 2017, j’ose vous faire partager cette pensée poétique rare que peu d’européens connaissent. C’est une invitation à un voyage inédit. Oserez-vous le faire avec moi ?

Lǐ Bái (701-762) un des plus grands poètes chinois de la dynastie Tang.

Critique par Molière M.
L'éxilé du ciel

De l’auteur d’abord
À 20 ans, Lǐ Bái rencontre Chao Jui, un érudit. Sous son influence, il deviendra, pour un temps redresseur de torts, une institution très ancienne en Chine. Mais bien vite, il plonge dans l'étude du bouddhisme ch'an, aujourd’hui le zen japonais.

En 743, il arriva à Ch'ang an, alors capitale impériale et, malgré qu'il ne se soit jamais présenté aux examens impériaux, il devient, par un incroyable tour de force, le conseiller personnel de l'empereur. Cependant, peu porté sur les intrigues de palais, il n'y séjourna qu'une année avant de reprendre sa route. En fait, il passa la plus grande partie de sa vie à sillonner la Chine.

En 756, Li Bai s’installa comme ermite taoïste au pied des monts Lushan. Selon la légende, il se serait noyé, en voulant cueillir le reflet de la Lune dans l’eau. Influencé par ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici