L’onde de choc Doineau fait vaciller le Président – Par Thomas H.

L'assassinat de Jules César

Vincenzo Camuccini - La mort de César (1798)

Si la parole libère, elle permet aussi de sortir du silence. C’est une évidence. Elle assène ou peut rassurer. Pourtant, parfois, la parole ne peut sortir aussi facilement qu’on ne le souhaiterait. L’expérience qu’a vécu à ses dépends Elizabeth Doineau (UDI) s’érigeant en « accusatrice » par la prise de parole publique en s’adressant, en face, à celui qu’elle avait soutenu, et dont elle avait facilité l’élection à la Présidence en début de mandature, est symptomatique.

Le politique fait toujours plus ou moins dans le consensus. Mais il arrive qu’il ne puisse continuer à "jouer la loyauté". C’est ce qu’a vécu la sénatrice Elizabeth Doineau qui a cassé un statu quo, provoquant un tsunami, aux ondes de choc encore...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici