Pour l’AMF 53 : «il faut maintenir une offre scolaire de proximité, sans modèle unique»

Le président de l’AMF 53 Alain Dilis revient sur la Convention ruralité qu’il n'a pas signé. Consultés par mail par l’Association des Maires de France en Mayenne, ce sont finalement 80 élus sur les 180 possèdant une école de village qui ont décidé de ne pas autoriser Alain Dilis d’apposer son paraphe au bas de cette convention initiée par le Préfet de la Mayenne et l’Inspection académique. «Les maires ont affirmé leur attachement indéfectible à leur école, et souhaité l’instauration d’un véritable dialogue s’inscrivant dans la durée et d’égal à égal.» Retour sur cette épisode controversé, avec le point de vue inédit du président de l’AMF 53.

Par Alain Dilis*

Nous sommes tous attachés à notre école publique et/ou privée au sein de notre commune, sujet très important pour l'avenir...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici