Réfléchissons avant d’applaudir l’école maternelle obligatoire dès trois ans – Par Pascal Grandet

L'annonce surprise, mardi 27 mars, par le Président de la République d'une «instruction obligatoire» à partir de trois ans dès la rentrée 2019 devant les Assises de l’école maternelle réunies par Boris Cyrulnik - sans que les enseignants n'aient d'ailleurs été associés à sa préparation - n'est pas forcément une bonne nouvelle. C'est ce qu'estime et développe Pascal Grandet sur leglob-journal, cet ex-responsable syndical qui a été enseignant en Mayenne.

Par Pascal Grandet

Elle relève au mieux du coup médiatique car 97,6% des enfants de 3 ans sont déjà scolarisés. Sans mépriser l’intérêt de s’occuper des 26 000 petits du même âge qui ne fréquentent pas encore l’école à cet âge, chacun pourra convenir qu’il y a quelque décalage entre la publicité faite à l’annonce présidentielle et son effet prévisible dans un an et demi.

Mais cette annonce peut aussi cacher d’autres desseins, ou tout au moins, engager une autre logique.

On doit rappeler, tout d’abord, les attaques dont l’école maternelle publique a été victime depuis de nombreuses années. Sans détailler celles, nombreuses, dont elle a régulièrement fait l’objet dès les années 1970, on peut se remémorer les vingt dernières années et le double langage auquel éducation nationale et "spécialistes", patentés ou auto-proclamés, l’ont soumise.
Encensée et dénigrée
Tout en mettant en exergue, côté face, son excellence et l’exception quasi-mondiale dont elle faisait figure, on ne cessait, côté pile, de la dénigrer, allant jusqu’à prétendre qu’elle pouvait être néfaste au développement du tout jeune enfant. C’était dans les années 2000.

Dans le même temps, l’Éducation nationale ne comptabilisait plus les moins de trois ans dans les effectifs, ne laissant d’autre alternative aux directeurs d’école que de
"bourrer" les classe...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal

J'ai un compte, je me connecte