Solidarité Liban – Le théâtre dramatique des élus de Laval Agglo – Par Marrie de Laval

Quels sont les enjeux du soutien financier international des collectivités locales pour des causes lointaines : s’agit-il de sauver les autres pour se sauver soi-même ou bien de rechercher une forme de notoriété ? Escarmouche politicienne clivée ou clivante pour les uns, occasion ratée pour les autres, le vote d’un soutien financier au Liban, lors du dernier conseil d’agglomération, à la suite d’une explosion de 2 750 tonnes de nitrates d’ammonium dans le port de Beyrouth cet été, est d’une certaine façon révélatrice de ce qui anime réellement les élus communautaires.  

De l'antique, mâtiné de Anouilh

Par Marrie de Laval

Le problème est le suivant : quelle est la pertinence pour la ville et l’agglomération de s’inscrire dans une opération d’aide internationale initiée par l’association Cités Unies France, à la demande du gouvernement français ? Une collectivité territoriale comme la nôtre doit-elle s’engager pour cette cause ? Et si oui, jusqu’où est-il raisonnable de le faire ?

D’autant qu’avec le don financier, le nom de l’agglomération n'apparaîtra pas mais sera fondu dans l’enveloppe globale. Cela limite tout de même la capacité à développer une notoriété de notre territoire local, là-bas. Mais est-ce l’objectif ? Au fond...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici