| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Voici donc le portrait officiel du Président Macron qui va trôner dans toutes les mairies de France et de Navarre. Un portrait qui va remplacer celui de François Hollande, où le photographe avait eu comme champs d’investigation le parc de l’Élysée. Le Président Hollande avait souhaité sortir du « Château » quand son successeur est à l’intérieur, dans son bureau, mais fenêtre ouverte sur un horizon qui laisse tout de même de la place à un coin de ciel bleu. Analyse.

- Par Thomas H.

Il a un petit côté Mourousi ce président. Debout-assis sur son bureau souhaitant casser les codes du portrait officiel.

Branché

Un peu comme Yves Mourousi, ce journaliste de la première chaîne de télé dans les années 80 où la communication commençait par prendre de l’importance, qui avait voulu faire « jeune et branché » en s’asseyant sur le coin du bureau du Président Mitterrand pour un direct dans le journal de 13 Heures. Les médias de l’époque – un peu choqués - avaient largement commenté.

Là, manifestement le message est un peu dans la même veine. Sauf que c’est le locataire de l’Élysée lui-même qui prend appui sur son propre bureau. Avec un style un peu chef d’entreprise qui donne l’impression qu’il est prêt à en découdre.

Le Président est, de face, dans une position qui le rend volontaire et déterminé, le regard bleu transparent et presque transperçant. Un léger sourire est cependant affiché, afin de mettre un peu d’interactivité avec le spectateur de ce portrait officiel qu’il a "dévoilé" sur son compte Twitter, XXIe siècle oblige. Le visage, conquérant, est légèrement décentré à droite par rapport à l’axe du corps, si on y fait bien attention, laissant l’oreille droite apparaître plus que la gauche. Comme si la tête avait été déplacée puis replacée grâce à un logiciel de retouche photographique.

Beaucoup de symboles sont présents dans cette photo officielle. Le Président nous a déjà largement habitué à l’utilisation de la symbolique dans ces apparitions : le Louvre et la pyramide par exemple, mais aussi les Champs Élysées et le véhicule militaire pour saluer la foule. Là, le drapeau tricolore bien-sûr, mais aussi européen. Ils sont hyper présents quand ils étaient loin, en fond, à peine visibles sur le portrait officiel de son prédécesseur ou celui de Jacques Chirac flottant au sommet de l’Élysée. Absents pour De Gaulle et Mitterrand. Là, tout au contraire, ils encadrent le Président, formant un V semblant converger vers le personnage central de la photo, ce qui accentuerait son importance et celle des valeurs que représentent les deux drapeaux.

Une symbolique ouvragée

Les codes communicationnels sont d’ailleurs assez évidents à décrypter pour cette image présidentielle. Il s’agirait de dire implicitement que le Président travaille pour la France. C’est induit par le drapeau bien évidemment, mais aussi par la présence du coq, symbole du made in France qui se trouve sur la clochette dorée située à gauche, tout près d’un livre justement ouvert. Deux autres ouvrages sont négligemment posés à sa droite, mais à bien regarder, paradoxalement pas de papiers, ni de dossiers, encore moins d’ordinateurs ou de tablettes numériques ne sont visibles sur le bureau du Président.

À sa droite, un autre symbole qui souhaiterait dire que le Président de la République est bien dans le temps présent. L’horloge qui indique 8 heures 20, et qui est tournée vers l’objectif du photographe. C’est là, la petite erreur de composition de cette image. Une horloge n’indique l’heure que pour celui qui reçoit et non pour ses invités. Preuve s’il en est que ce cliché a été pensé et réfléchit, et que les ingrédients qui entrent dans la composition photographique ne doivent rien au hasard.

Plus qu’un cliché saisissant l’instantané, le moment M du Président au travail, ce portrait officiel du Président de la République est ouvertement une construction de communication. C’est un élément de com’ qui véhicule un message non-dit, mais apparent, contrairement à ses prédécesseurs.

François Hollande était photographié dans le parc de l’Élysée, les bras le long du corps. Nicolas Sarkozy, légèrement de côté, avait fait appel, le premier aux deux drapeaux, le français et l’européen placés côte à côte. Quant à Jacques Chirac, il avait choisi de poser dans une bibliothèque aux rayons fournis pour asseoir son image, puis avec l’Élysée en fond. C’est François Mitterrand qui inaugura le style "portrait du Président gaullien" amoureux inconditionnel des livres, pris en photo assis avec un ouvrage qu’il tenait ouvert dans ses mains.


Réagir

Un portrait statique du Président de La République en Marche !

Publié le: 30 juin 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Actuel Commentaires Photographie
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Lisez leglob-journal - Nous contacter par mèl : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS