A Laval, l’Amicale des anciens du CC au coeur gros comme un collège

211 000 euros de dons depuis 2001, des dizaines de chèques pour aider les enfants en difficultés sur la Mayenne à travers 42 associations. Non seulement l’Amicale des anciens du cours complémentaire (CC) du collège d’enseignement général de Laval se sont battus pour défendre Fernand Puech menacé de fermeture et se batteront peut-être encore, mais ils ont aussi un cœur gros comme un collège. Dernièrement, début mai 2019, en « bon gestionnaire », ils ont à nouveau remis six chèques à des associations qui avaient présenté un dossier de candidature, en présence du maire de Laval François Zocchetto que les anciens du CC avaient invité, sans trop croire à sa présence.

Ils ont été aidé, ils aident à leur tour

Grand Entretien avec Guy Suhard, président de l’Amicale des anciens du CC


Leglob-journal : Quel est l’objet de votre amicale et de votre présence aujourd’hui face aux associations qui vont recevoir les chèques?

Guy Suhard : Notre but c’est de montrer qu’on intervient auprès des populations, souvent des enfants défavorisés et que notre aide est précieuse pour tous les bénévoles de ces associations. D’ailleurs nous sommes association reconnue d’utilité publique depuis 1964.

Ces sommes que nous distribuons, cela été rendu possible par la vente du bâtiment de la colonie de vacances de la Guérinière sur l’île de Noirmoutier. On s’était posé la question de ce qu’on allait faire de ce capital, de ce magot. Et il a tout de suite été décidé de donner en faveur de projets qui favorisent des enfants en difficultés.

C’était aussi dû à la mentalité qu’il y avait dans le collège dirigé à l’époque par monsieur Legendre qui a toujours aidé les élèves défavorisés en les poussant, en essayant de les faire grandir et ça nous a marqué. Nous voulions rester fidèles à cet enthousiasme dont à fait preuve notre directeur.

Leglob-journal : Vous avez voulu rendre un peu la monnaie de la pièce ?

Oui, et c’est lui qui a d’abord aidé à la création de l’Amicale. Il nous beaucoup aidé aussi quand il a fallu créer la colonie de vacances. Vous savez, on a une liste impressionnante d’anciens élèves et malheureusement on a peu d’adhérents : on tourne autour de 85 à 90 adhérents. Mais, comme nous avons tous vieilli, les gens s’en détachent un petit peu…

Lors de la remise des chèques en présence de François Zocchetto – © leglob-journal

Leglob-journal : Vous avez donné depuis le début la somme de 211 000 euros…

Oui, c’est assez énorme quand on y pense. Mais, bon on ne compte pas. Ce n’est pas notre argent personnel. On n’a pas souhaité créer une maison de retraite pour nous accueillir dans nos vieux jours. (Sourires) Ou bien, on ne s’est pas dit aussi : on va passer quelques jours de vacances entre nous. Non. Il n’y pas a de dépense en dehors de ça… On a une cotisation ; on se réuni tous au cours d’un repas annuel, mais on paye tous nos cotisations, et il y a très peu de dépense administrative, et donc tous le reste va aux associations que nous aidons. On est très content de ça. Et bientôt, il n’y aura plus d’argent dans notre caisse parce qu’encore une fois cela provient de la vente de la colonie de vacances.

Leglob-journal : cela voudra dire la fin de l’Amicale?

Oui! en temps que Président de l’Amicale, j’avais fixé la date de la fin de l’Association à 2020. Et puis on repousse toujours… Donc on pense encore exister pendant quatre ans. Pourquoi ? Parce que il y a une échéance qui vient de nous être imposée. C’est simple : que l’Amicale essaye d’inaugurer le nouveau collège Fernand Puech promis par Monsieur Richefou, en 2024.

On veut rester unis, pour essayer, car on ne sait jamais, de combattre encore, si il était revenu sur la décision prise, récemment, de construire un nouvel établissement. Car nous ne sommes pas, il faut bien le dire, certains à cent pour cent de la création de ce nouveau collège. Il va y avoir des dépenses inmportantes au conseil départemental notamment pour l’Espace Mayenne [La salle de spectacle, style Zénith, NDLR], et on craint qu’il ne soit pas possible de financer cet établissement dont l’ardoise se monte à sept millions d’euros. Mais l’étude de faisabilité a démarré, c’est déja ça et il faut quatre ans pour construire un collège.

Leglob-journal : C’est bon signe, non?

Oui, mais il va y avoir des élections au conseil départemental de la Mayenne, et ils peuvent changer d’avis. Surtout qu’on n’avait pas enregistré beaucoup de voix favorables pour cette création proposée par Monsieur Richefou au moment du vote. Certains élus avaient reproché la méthode utilisée par le Président.

Jean-Yves Gougeon, ancien Président, François Zocchetto et Guy Suhard l’actiuel Président de l’Amicale, très attentifs – © leglob-journal

Leglob-journal : Francois Zocchetto a dit dans son discours qu’ « on est pas obligé de crier partout ce qu’on fait et que la discrétion ça compte… » Vous donnez sans trop le faire savoir…Pourquoi? Par humilité?

(Sourires) Vous savez les journalistes qui veulent bien venir font une photo dans le journal et c’est tout… (sourires). Mais bon, on organise quand même entre nous des occasions de s’exterioriser : on avait créé un festival des anciens du CC, parce beaucoup des adhérents sont artistes-peintres… Récemment on a fait, dans le Bâtiment 13 du Quartier Ferrié à Laval, un concert donné par un ancien élève qui a créé une troupe en Bretagne. Vous voyez c’est ce genre d’actions que l’on peut mener, pour mettre en valeur l’Amicale… Pour l’heure, nous réfléchissons à d’autres projets…

Leglob-journal : Six remises de chèques (deux de 1000, un de 500, un de 800 euros, deux de 400 ) et toujours en faveur des milieux défavorisés?

Oui, comme les 800 euros donnés à l’école maternelle Jules Verne où nous sommes, dans ce quartier dit sensible de Laval. Et quand on a regardé le dossier qui nous a été soumis par l’équipe éducative, au niveau du montage financier, il n’y avait rien… Rien que l’Amicale des anciens élèves du cours complémentaire du collège d’enseignement général de Laval. Ville de laval : Zéro… il n’y a pas non plus dans ces quartiers-là d’asssociation de parents d’élèves ou d’amicale qui pourraient aider pour le financement par exemple de classes découvertes, ou autres… Donc, c’est là qu’on intervient pour donner du souffle et essayer d’éveiller un peu les enfants de ce quartier Saint-Nicolas.

Leglob-journal : Qu’est-ce qui va se produire quand l’Amicale n’existera plus ?

On aura des souvenirs, des revues, notre site internet… et pour ce qui est des aides, disons que les associations se retourneront par exemple vers d’autres associations ou des clubs-service, pourquoi pas. Je vois par exemple les Kiwanis qui aident la Segpa du collège ou des classes de ce genre…

Leglob-journal : Combien de temps encore resterez-vous Président?

Ecoutez, je pense, à ma connaissance, que personne ne veux prendre ma place (Rires) J’ai été élu au moment de l’annonce de la fermeture de Fernand Puech, et je pense que je suis là encore pour un petit moment. Ils sont venus me chercher à l’époque parce que j’ai été élève et prof ensuite d’histoire-géographie dans ce collège de 1963 à 2001. J’étais donc un de ceux qui connaissaient le mieux Puech où j’ai passé une partie de ma vie. C’était logique.

A gauche, sur la photo, le Président de l’Amicale – © leglob-journal

Leglob-journal : 1000 euros de dons pour le collège Fernand Puech et autant pour le secours populaire, et seulement 400 pour l’école maternelle. Comment se passe l’attribution?

Oui, mais ils n’ont demandé que 400 euros, et ils ont obetnu donc la totalité. On donne le plus souvent ce qui est demandé. A Fernand Puech, on a donné 1000 sur 1900 demandés ; 400 euros sur 500 à Handi Cheval, et la totalité des 500 euros démandés à l’association Crides-les 3 mondes.

Il n’y a pas de favoritisme, nous sommes plusieurs à décider dans la commission Action qui étudie les dossiers de candidatures. C’est elle qui décide à qui va aller les dons chaque année. Le Secours populaire, par exemple, nous donnons tous les ans. Pour les enfants de familles pauvres qui partent en vacances et aussi pour le Père Noël vert.

Leglob-journal : Et au Secours catholique ? Vous ne donnez pas ?

(Rires) Non ! nous n’avons pas de demande ! (Rires)

Propos recueillis par Thomas H.

Soutenez votre média en ligne en Mayenne : faites un don

1 thought on “A Laval, l’Amicale des anciens du CC au coeur gros comme un collège”

  1. EN TANT QUE MEMBRE DE L’AMICALE COMBLé DE L’HOMMAGE RENDU A BERNARD PICHOT (MA GENERATION) par la municipalité de CHANGE en baptisant l’esplanade du centre-ville en mémoire de son ancien édile.

Laisser un commentaire