Alerte syndicale – « Au Département, il y a des moyens » – Par la CFDT 🔓

Le siège de l'agence internationale - Par B64 sur Wikipédia anglais, CC BY 3.0,
Le siège de l’agence à New-York – Par B64 sur Wikipédia anglais, CC BY 3.0

Le syndicat CFDT Interco de la Mayenne dénonce la fermeture du centre d’accueil d’urgence pour des enfants fragiles à Argentré, une commune de Laval agglomération. Le syndicat alerte aussi sur le dossier des mineurs non accompagnés qui eux aussi constituent pourtant un public protégé. Le département avait déjà été épinglé pour avoir laissé entendre ne pas pouvoir les prendre en charge, depuis que le président Arthuis avait réclamé des fonds supplémentaires de l’Etat pour l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance). Le président Richefou a également connu une grève du personnel en décembre 2020. Visiblement le sujet est récurent.


Par la CFDT interco de la Mayenne


la belle lettre a sur leglob

A la fin de semaine dernière, nous avons appris par voie de presse la fermeture de la maison d’accueil d’Argentré. Samedi, un communiqué de presse [Emanant du groupe d’opposition au CD de la Mayenne, NDLR] a faisait état d’un manque de moyen au sein des équipes du Sésame, le service éducatif spécialisé dans l’accompagnement des mineurs étrangers.

La CFDT ne peut que s’indigner devant ces dégradations d’accueil. Pourtant depuis de longues dates (première alerte en 2018) nous n’avons eu de cesse d’alerter les autorités du manque de moyens mis en place sur ces structures et plus généralement dans le milieu de la protection de l’enfance. Nous avions demandé une enquête administrative au titre des représentants du personnel qui nous a été refusée.

Lors du mouvement social de décembre 2020, les agents du conseil départemental de cette direction alertaient sur leurs conditions de travail et sur son impact sur les enfants confiés au département quel que soit leur statut. Ils souhaitaient des moyens humains pour faire plus de prévention et sortir de la politique de la gestion d’urgence des situations.

Près de trois ans après, nous en sommes au même point. Les alertes initiales des agents sont laissées lettres mortes. La réponse du président Richefou en 2020 était la création de 5 postes de transformations numériques afin de mettre en place la dématérialisation mais quid des moyens humains?

La période COVID a fait bouger beaucoup de ligne. Les agents du social ont continué vaille que vaille à répondre aux exigences de leur administration en dépit de leur santé physique et mentale.

Après maintes alertes auprès de leur direction et des élus, aucune réponse n’a été apportée. Les équipes se sentent anéanties devant ce manque de considération de la part des élus de la commission enfance. Leurs médecins n’ont eu d’autres choix que de les mettre en arrêt devant l’état d’épuisement présenté.

Aujourd’hui, 200 MNA, Mineurs Non Accompagnés confiés au Département de la Mayenne se retrouvent sans prise en charge éducative. 90 mesures de placement restent sans réponse.

L’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) vient d’attribuer au Département de la Mayenne une notation parmi les plus élevées pour une collectivité territoriale française avec une note de référence à long terme de « AA », grâce « à une épargne brute solide et des besoins de financement limités, un endettement faible et une très forte liquidité ».


–> Lire sur le même sujet : Mohamed T. – La triste histoire d’un loupé de l’Aide sociale à l’Enfance


Des moyens, il y en a donc ! La CFDT le répète, ce n’est pas en augmentant des moyens numériques que nous pouvons répondre aux attentes des enfants accueillis (MNA, Enfants dans les maisons d’accueils et dans les familles d’accueil).

Il est urgent que le département mette des moyens humains et matériels pour répondre à ces problématiques. ◼


le slogan du Glob-journal

Nouvelle rubrique leglob-journal.fr intitulée « Alerte syndicale ». Par un communiqué de presse adressé à l’ensemble des médias, des syndicats, des représentants des corps intermédiaires, des ordres professionnels, etc. portent à la connaissance du public des situations de crise, des dysfonctionnements graves de services publics ou d’Institutions mettant en péril la cohésion sociale. L’urgence est là : le faire savoir est nécessaire pour éclairer utilement les populations, les citoyens qui ne veulent plus d’être de simples administrés. 

Laisser un commentaire