CFDT 53 : pourquoi «nous ne serons pas dans la rue le 1er mai»

lettresnew-6.jpgSYNDICAT – Partout dans le monde, ce mardi 1er mai 2018, «travailleurs, salariés, retraités et privés d’emploi vont s’exprimer et se mobiliser pour faire entendre leurs revendications, leurs exigences pour le progrès social, pour vivre dignement.» écrivent, en Mayenne, dans un communiqué les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires. «Un 1er mai revendicatif, et combatif contre la remise en cause des acquis sociaux, pour le progrès social, la paix, la solidarité internationale», selon les quatre syndicats qui appellent à défiler à Laval… mais pas la CFDT, décidément réformiste qui nous fait parvenir cette Tribune.

Par Mélanie Allain*


lettreguillemets-8.jpgPar l’intermédiaire du glob-journal, la CFDT a appris que 4 organisations syndicales (CGT, FO, FSU et Solidaires) invitent les travailleurs, les salariés, les retraités et les privés d’emploi à une manifestation unitaire le 1er mai pour faire entendre leurs revendications qui sont multiples.

Nous n’avons pas été invités à cette manifestation « unitaire » et on ne s’en offusque pas. Mais nous ne sommes pas dupes et savons que notre présence dérange, pas seulement en Mayenne.

Pour nous, le syndicalisme a changé de visage. Il se modernise et la rue n’est pas la seule réponse possible. Nous sommes un syndicat avec une identité et des méthodes différentes qui font que nous sommes aujourd’hui première organisation syndicale dans le privé. Pour rappel, nous avons obtenu un score de 31,88 % contre 21,87 % pour la CGT et 15,23% pour FO. Les salariés nous font confiance.

cfdt1ermaicitation.jpgL’analyse faite sur le département de la Mayenne, c’est que le 1er mai [Fête internationale du Travail, NDLR] n’est plus mobilisateur comme il a pu l’être par le passé. D’autres actions restent à inventer pour permettre le maintien de la mémoire. Et nous y travaillons.

Nous avons donc fait le choix cette année de ne pas être dans la rue le 1er mai. Toutefois, cela ne veut pas dire que nous n’avons rien à revendiquer. Et nos actions sur le territoire sont nombreuses. Notre priorité à venir et en cours est de mobiliser pour le 22 mai avec les fonctions publiques; de former nos militants dans les entreprises sur les ordonnances et ainsi leur donner les moyens d’agir au travail ; de débattre avec les citoyens sur leurs conditions de vie et de travail…

Nous sommes également présents pour transmettre nos revendications ailleurs que dans la rue. Nous l’avons récemment fait lors de l’audience qui nous a été accordée à la préfecture lundi 23 avril 2018 auprès du conseiller social du Premier ministre en visite à Mayenne.

Cette rencontre a été pour nous l’occasion de donner au conseiller d’Edouard Philippe des clés de lecture sur l’état des fonctions publiques sur le territoire Mayennais et d’inviter le Premier ministre à se rendre dans l’entreprise THIOL. Entreprise où il aurait pu saluer des salariés qui sont maintenus dans une entreprise sans travail depuis trois mois.

lettreguillemets-8.jpgPour nous la CFDT, des actions comme celles-ci sont productives et nécessaire pour agir sur le département de la Mayenne.


*Mélanie Allain est Secrétaire Régionale Territoriale CFDT en charge du département de la Mayenne

 

Laisser un commentaire