| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Alors que Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires devait inaugurer [Devait, car il a en fait renoncé, NDLR] à Sainte-Suzanne-et-Chammes fin juillet un pylône multi-opérateurs de téléphonie mobile, du type de celui déjà installé à Bazougers, et qui permet à toute la commune d’accéder à Internet sur mobile, l’accès aux moyens de communication mobile demeure bien un sujet de préoccupation pour nombre d’habitants en zone rurale. Il est en effet devenu réellement discriminant de ne pouvoir utiliser les outils numériques mobiles en campagne.

Par Michel Renault

Depuis moins de dix ans (le premier mobile connecté à Internet date en effet de 2008) l’usage de la téléphonie en mobilité à été bouleversée, ce qui a eu pour conséquence de faire naitre des besoins nouveaux en terme d’infrastructures télécoms. Il faut désormais que le haut débit mobile soit accessible pour pouvoir naviguer convenablement et accéder aux réseaux sociaux, à la messagerie, et aux vidéos.

Or, il faut bien constater que les infrastructures des zones rurales, autrement dit les tuyaux qui amènent les services [ On parlait, au tout début, d’« Autoroutes de l’Information », NDLR], n’ont pas suivi l’évolution des besoins. Les habitants des territoires ruraux, comme la Mayenne, ont pu se sentir abandonnés par ce qui constitue une discrimination de fait.

Pour améliorer la disponibilité des services partout, il s’agit de mettre en mouvement plusieurs acteurs. En effet, les services numériques sont fournis par quatre opérateurs privés, qui naturellement font des choix économiques dictés par les critères de rentabilité. Cependant, la présence ou non de service sur des parties du territoire pose questions en terme d’aménagement numérique. Par conséquent les pouvoirs publics sont fondés à intervenir pour garantir l’égalité et ce d’autant plus que les ressources utilisées par les opérateurs sont les ondes hertziennes, qui sont comme l’air ou l’eau un bien commun.

Une première vague d’amélioration décidée en 2015

Courant 2015, face à des carences criantes, une campagne de détection de « zones blanches », diligentée par les services de l’État et effectuée par l’opérateur Free a déterminé une liste de communes ou un pylône de téléphonie mobile devait être implanté (Bazougers, Niafles, Mée, Deux-Evailles, Chammes, etc.), pour ne pas citer toute la liste...

Ces pylônes construits avec des financements publics devaient accueillir les quatre opérateurs et devaient être construits en une année. Un pylône a été inauguré en présence des élus et de représentants des opérateurs à Bazougers en juin dernier. D’autres inaugurations sont annoncées. Or, contrairement aux engagements de départ, les quatre opérateurs n’ont pas tous activé d’émetteurs sur les pylônes, alors qu’ils doivent le faire.

Pour Bazougers deux opérateurs sur quatre sont présents, ainsi qu’à Chammes. A Mée et Niafles, un seul, il s’git de Free. Le projet de pylônes à Deux-Evailles semble tombé aux oubliettes…

Et c’est ainsi qu’arrive, enfin, au début de l’année 2018, sous l’impulsion du gouvernement et du régulateur des télécoms (l’ARCEP souvent dénommé le « gendarme des télécoms ») l’aboutissement de négociations entre ces acteurs publics et les quatre opérateurs privés, constituant un New Deal mobile. De fait de nouvelles dispositions sont prises et des moyens sont mis en place pour les suivre. Jusqu’alors, les pouvoirs publics étaient très en retrait et peu exigeant vis-à-vis des opérateurs mobiles. La donne semble être désormais nouvelle, en effet, entre pouvoirs publics et opérateurs privés.

Une nouvelle gouvernance publique

Les engagements les plus marquants pour la Mayenne sont l’activation de la 4G partout d’ici 2020. Certes dans deux ans, mais c’est une réelle avancée par rapport aux obligations précédemment assignées aux opérateurs. En outre des secteurs estimés déficitaires par les pouvoirs publics locaux vont faire l’objet d’implantations nouvelles pour améliorer la couverture. Il s’agit notamment de Chatillon-sur-Colmont, Couesmes-Vaucé, La Boissière, Préaux, le Bois-du-Tay, Les Avaloirs. Enfin les ressources des technologies sont utilisées pleinement : les communications pourront transiter via le wifi dont quasiment tous le monde dispose à son domicile sur sa box internet. En terme technique, il s’agit de la généralisation par les opérateurs de la voix sur wifi.

Ainsi la ferme rénovée au beau milieu de nulle part, aux murs épais faisant écran aux ondes des réseaux de téléphones mobiles, sera couverte à l’intérieur par le wifi de la box.

Vigilance face au lobbying des opérateurs

Il faudra bien évidemment suivre avec attention la mise en œuvre des nouveaux engagements. L’intervention publique en matière de télécom est toujours confrontée aux intérêts puissants et organisés des opérateurs très investies par ailleurs dans les médias et la presse.

Le lobbying des opérateurs, particulièrement en direction des élus locaux demeure très actif. Le discours est rodé. Il s’agit de faire patienter, de dire la charge que représentent les investissements, etc. pour éventuellement faire payer les collectivités locales. Il s’agit de minimiser les obligations contractuelles et de brouiller avec des arguments techniques plus ou moins spécieux pour les contourner. Or, par choix politique, l’ARCEP publie l’intégralité des données relatives à la mise en œuvre du New Deal mobile. Chacun pourra s’y reporter, s’informer, suivre la construction des nouveaux sites, l’activation des antennes. Car c’est aussi avec une vigilance citoyenne, informée et active que les améliorations tant attendues verront le jour.


Réagir

Couverture en téléphonie mobile en Mayenne : vers du vrai mieux ?

Publié le: 6 août 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Disparités 53 Télécom MichelRenault
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS