| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

À Notre-Dame-des-Landes : le oui l’emporte à 55,17 %. Les habitants de Loire-Atlantique se sont massivement prononcés dimanche 26 juin pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en votant à 55,17 % en faveur de ce projet controversé, l’exécutif promettant en amont de la consultation, dans la foulée, et après les résultats connus, de lancer les travaux à l’automne. Les 975 000 électeurs de Loire-Atlantique étaient appelés à voter en répondant par oui ou par non à la question : « Êtes-vous favorable au projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ?  »

- par Michel Perrier

Quoi de plus démocratique qu’une consultation de la population ? Derrière ce principe qui peut apparaître de bon sens, il est bon d’en définir les réalités, avant de mesurer les conséquences de son résultat, car il s’agit d’une consultation contestable et inéquitable.

La consultation étant simplement consultative, et non décisionnelle comme un référendum, le Conseil d’État a finit par avaliser les modalités de la consultation qui vient d’avoir lieu en Loire-Atlantique. Mais rappelons qu’elles avaient été repoussées, à l’unanimité, par la commission nationale de la transition écologique, organisme consultatif, et qu’il y avait beaucoup de motifs.

D’abord, le périmètre de la consultation. L’ Aéroport du Grand-Ouest, comme il est nommé par les partisans de Notre-Dame-des-Landes, concerne deux régions, Bretagne et Pays de la Loire, qui participent au financement de la zone aéroportuaire et qui devront aussi payer pour les nouvelles infrastructures annexes (voies ferrées, routes) indispensables au projet prévu. Mais, les mayennais n’ont pas été consultés, contrairement d’ailleurs à ce que demandaient aussi des partisans de l’aéroport comme Olivier Richefou et Guillaume Garot qui sont bien silencieux depuis quelques semaines sur ce sujet.

Puis la question posée ensuite : elle portait sur « le transfert ». Or, l’avenir d’une partie au moins de aéroport de Nantes-Atlantique n’est pas vraiment clarifiée. Airbus en a besoin et il semble admis qu’il pourra continuer à l’utiliser sans que personne ne sache qui financera l’entretien des utilisations restantes (sans doute les contribuables d’ailleurs). Difficile, dans ce cas, de parler d’un transfert...

Et enfin les moyens des partisans et des opposants pour conclure, qui ne sont en rien comparables. D’un côté, le MEDEF, le PS, Les Républicains, le PC, les collectivités locales, la chambre de commerce et d’industrie, etc., de l’autre les écologistes, des associations environnementales et citoyennes, la CGT, la Confédération paysanne.

Un simple exemple : la Région Pays de Loire a organisé deux campagnes de communication (l’une sur l’expulsion de la ZAD, l’autre sur la participation au vote) et elle a dépensé près de 170 000 € à cet effet. Les opposants n’en ont évidemment pas faits, et ont limités leurs dépenses à 45 000 €. Les moyens des collectivités ont été utilisés sans vergogne.

Rappelons aussi que cette consultation était également assez anachronique : elle intervenait alors que le rapport de la mission Royal avait conclu au surdimensionnement du projet et au déficit d’étude sur l’optimisation de l’actuel aéroport Nantes-Atlantique. L’approfondissement de cette alternative, avant une consultation, aurait permis un débat plus éclairé. Cela n’a pas été le choix de Manuel Valls...

Le résultat n’est pas une surprise. Après de discrets sondages au printemps, le périmètre a été choisi par le gouvernement selon les résultats : favorable en Loire-Atlantique, défavorable sur l’ensemble des deux régions. Pas de surprises donc. Mais, le débat a permis aux opposants de se faire entendre et d’augmenter leur influence même si cela n’a pas modifié le résultat global final (plus de 55% pour le oui).

Il serait intéressant d’étudier précisément les résultats commune par commune. Sur le territoire directement impacté par le projet, il y a une forte majorité contre (73 % à Notre-Dame-des-Landes, plus de 60 % dans les communes environnantes). Preuves d’une perplexité massive : à Nantes, les opposants sont quasi aussi nombreux que les partisans (41 806 /41 906, soit 100 voix d’écart) ; idem à Bouguenais siège de l’aéroport actuel.

Par contre, dans la métropole, les communes de droite votent oui (58 % à Orvault ). Et c’est là où le débat a été le plus faible que les oui gagnent largement (73 % à Chateaubriant, 62 % à Ancenis, 66 % à La Baule). Il y a eu bien des amalgames répétitifs entre ZAD et violence pour activer un vote de peur. Et cela a bien fonctionné pour des citoyens éloignés de la zone.

Alors et maintenant ? Plusieurs recours juridiques sont encore en instance sur le plan national, avec la France toujours menacée d’une procédure en infraction par la Commission européenne. D’autres peuvent être déposés.

Cette consultation n’est pas décisionnelle, le gouvernement devra donc trancher de toute façon, ce que, jusqu’à présent, il n’a pas réussi à faire. Que va devenir le rapport Royal ? Cela pourrait être une porte intelligente de sortie, mais il peut aussi être complètement abandonné ! Car il y a aussi un risque réel de dérapage : cette consultation va nourrir une surenchère chez les inconditionnels du projet d’aéroport, et les appels à l’expulsion violente de la ZAD vont se multiplier.

Les opposants quant à eux restent opposés à ce projet « inutile et destructeur ». Ils ne vont pas changer d’avis par ce qu’ils sont minoritaires dans une « procédure inéquitable ». Ils appellent à un grand rassemblement sur le site les 9 et 10 juillet prochains. L’affluence montrera si la mobilisation continue et progresse et donc tout reste possible.

Michel Perrier est écologiste et ancien conseiller régional des Pays de la Loire


1 commentaire

Réagir

Par Michel Perrier - NDDL : après la consultation et le oui, rien n’est réglé

Publié le: 27 juin 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Dissidence Technologies Politique
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS