Collectif 14 : « Tout faire pour bien vivre au Pays de Loiron »

 

lettrednew.jpgDISSIDENCE – leglob-journal publie le texte d’une lettre envoyée aux maires et conseillers municipaux du Pays de Loiron qui n’ont pas voté pour la fusion avec la communauté d’agglomération de Laval. Elle émane de l’association Collectif 14 présidée par Marie-Claude Dewildeman qui agit pour que ce rapprochement ne puisse pas se faire. Pour Collectif 14 comme l’avait déclaré Pierre Bonte dans un de ses livres cité par l’auteur de la Tribune: «Rien ne sert de faire toujours plus grand, toujours plus gros, la richesse est dans le petit». Une fusion qui a été actée depuis début Février et qui  «engagerait vers l’inconnu».  

Par Marie-Claude Dewildeman


blanc_long-41.jpg

lettreguiillemetsfrancaisouverture-5.jpgNous vous remercions d’avoir bien voulu faire ce pourquoi vous avez été élus, et la fusion avec Laval Agglo ne faisait pas partie de votre mandat, vous l’avez donc refusée.

Ceci est cohérent vis-à-vis des citoyens qui vous ont élus. Merci, par votre vote, de les avoir respectés et d’avoir défendu la liberté de gestion du Pays de Loiron. Celui-ci évolue vers une autonomie culturelle, sportive, industrielle, agricole et économique depuis bien des années.

 

Le personnel communautaire, par son investissement et ses choix, donnent aux habitants la fierté d’y habiter et d’y vivre. Que, tous, en soient ici reconnus et remerciés. Nous, les habitants, profitons de toutes les structures et du taux de chômage très peu élevé du canton. On vit notre territoire ainsi que l’indépendance de sa gestion et de son économie. Qu’en sera-t-il à l’avenir ?

Pourquoi, en dépit de l’intérêt collectif, cinq communes votent-elles pour la fusion, malgré le vote à 87 % contre, au départ ? Nous ne le savons pas. Aucune information ne nous est donnée pour pouvoir affiner ce vote. Ont-elles plus de vision d’avenir pour le canton de Loiron ? Nul ne peut le prédire. Elles font le choix d’aller et de diriger le canton vers un avenir totalement inconnu. Nous en prenons acte, mais nous gardons une autre vision possible du futur.

Pourquoi ne pas être allé jusqu’au bout du projet de territoire, de sa mise en route et de l’analyse de son action avant de voter la fusion ? Le Pays de Loiron deviendra définitivement tributaire et minoritaire au sein des décisions de Laval Agglo. L’État décentralise et les agglomérations centralisent pour avoir plus de pouvoirs. Il y a un non-sens politique évident.

collectifpaysloironcitation.jpgUn regroupement de communautés ne se gèrera jamais comme une entreprise. Ce sont des moyens humains mis à disposition des habitants et non les habitants qui sont à disposition des communes. Avec la fusion, c’est pourtant, vers la gestion d’une entreprise que l’on se dirige sans plus aucune considération de l’humain vers lequel elle agit, ni de l’humain qui y travaille.

Les grosses structures amènent souvent des incohérences, des revirements, voire des catastrophes. Elles éloignent les pouvoirs de décisions. En Bretagne, des communautés de communes fusionnées demandent la « dé-fusion ».

 

Combien de maires ayant voté la fusion continueront ou auront leur mandat renouvelé en 2020 ? Nul ne le sait. Pourquoi ne pas envisager une démission partagée des communes ayant voté contre la fusion par respect pour votre mandat électoral [ Rappelons que la lettre s’adresse aux élus qui ont voté contre la fusion, NDLR] qui ne mentionnait pour aucun d’entre vous la fusion ? Nous rappelons ici qu’aucune obligation de fusion n’aurait dû vous être proposée : population de 17 147 habitants et vote à 87 % contre la fusion. Lespressions exercées ont été, nous semble-t-il, multiples et inacceptables. Sont-ellesd’ailleurs, tout simplement, légales ? Nous ne le savons.

L’équilibre interne de la CCPL va être particulièrement bouleversé si la fusion devient effective. Le seuil de la population n’est pas le seul critère pour proposer une fusion. Les territoires réunis doivent être pertinents au regard des bassins de vie, assurer l’accroissement de la solidarité financière et territoriale, prendre en compte les pôles métropolitains et les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux. Or, une étude relève que certaines communes de la CCPL sont, en terme de bassin de vie, écartelées entre les bassins de Vitré, Craon et Laval. Cette fusion porte préjudice aux populations et à l’équilibre du nouvel EPCI.

lettreguiillemetsfrancaisfermeture-6.jpgVotre vote de rejet de projet laisse espérer une action de votre part auprès du tribunal administratif à l’encontre de la décision du Préfet établissant la nouvelle structure communautaire. Comptant sur votre détermination à porter l’intérêt des populations, nous vous demandons de dénoncer la formation de la nouvelle organisation territoriale, ou à défaut, de procéder au rattachement de la commune auprès d’une autre structure (Vitré, Craon….) plus pertinente au regard de nos habitudes de vie. Nous vous remercions pour le temps que vous avez consacré à la lecture de notre requête. Nous vous demandons de vous opposer à la fusion et de contester toute décision préfectorale la validant, devant une juridiction administrative.

Laisser un commentaire