| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Tolérance - « Nous sommes devenus plus européens » disent les élèves de la classe de 5e A du collège Victor Hugo de Lassay-les-Châteaux. Grâce à leur travail en profondeur, ils ont été reçu au Parlement européen de Strasbourg, toute une journée le Jeudi 12 mai 2016, pour recevoir le Grand Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe  ; remis à une délégation de la classe de 5e en présence du député européen mayennais Jean Arthuis bien évidemment et d’Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne, membre de la commission Emploi, et marraine de la cérémonie.

- Par Thomas H.

La photo de groupe avec Jean Arthuis le député mayennais eutropéen

Message et main tendue

C’est «  une histoire de rencontre(s) » disent les élèves qui ont réalisé un très beau court métrage de 8 minutes intitulé Eux  ; c’est d’ailleurs ce qui leur a permis notamment d’être sélectionnés et surtout de gagner. Par les temps qui courent la tolérance se fait une denrée plutôt rare, et cette initiative doit être saluée.

Car ce « projet s’est fait sous forme d’un message et d’une main tendue, sous la forme d’une invitation. Avec notre professeur Denis Toupin racontent les jeunes de 5e, nous avons réfléchi aux différentes manières de tendre la main aux réfugiés qui arrivent de pays frappés par le malheur. » Les réfugiés, ceux que les médias dans la torpeur de l’été dernier appelaient « migrants » avec cette neutralité toute politiquement correcte.

Autour de ce phénomène d’immigration massive de réfugiés fuyant la guerre, la misère, et l’oppression « il s’agissait donc d’inviter, de convaincre le plus de monde possible  » et c’est pour cela qu’il avait été installé des panneaux sur le bord de la route à l’entrée de la ville de Lassay-les-Châteaux ; avec sur les pancartes plantées sur le rebord de la chaussée des visages connus, des visages célèbres, tous issus de l’immigration.

La réception et la remise du Premier Prix

Hugo, Freud, ou Freddy Mercury

Avec cette « vision européenne de la citoyenneté, de la citoyenneté européenne de demain telle qu’on aimerait bien qu’elle soit, nous souhaitons que des gens ne soient pas laissés sur le bord de la route, comme nos panneaux, au motif qu’ils sont différents. Ils peuvent apporter à nos sociétés ce dont nous avons besoin : une diversité, une richesse, comme l’ont fait Einstein, Victor Hugo, Freud, ou Freddy Mercury... » Apporter à la société, plutôt que d’ôter ou d’enlever, voilà un beau programme !

Comme le dit Daniel Pennac, ajoute l’un des collégiens, «  il ne faut pas avoir peur de l’autre, il ne faut pas avoir peur d’eux ; et c’est pour cela, d’ailleurs que les collègiens ont appelé leur projet EUX.

Une installation sur une voie publique avec des panneaux-photos assortis d’un seul mot « réfugié », un film documentaire et enfin un texte littéraire de Daniel Pennac, (interviewé dans le film) « adapté pour le théâtre et que nous jouerons à Mayenne et à Laval et dans un festival à l’automne prochain.  »

Ce projet de tolérance envers l’étranger résument les élèves nous a permis « d’aller à la rencontre d’une Europe qui est en train de se former, d’une Europe qui est déjà faite de gens différents, très variés, issus de différentes cultures...et qui grâce à des gens venus d’ailleurs avec leur diversité à EUX deviendra une Europe encore plus forte, plus variée, plus unie, et plus européenne encore  ».

Message plein d’espoir pour ces générations montantes, celles qui finalement façonneront l’Europe de demain ; un message qui passe par une adresse à l’Europe institutionnelle, mais aussi l’Europe politique. Avec leur fraîcheur, les collégiens de Lassay-les-Châteaux, pour qui « cet exercice est un devoir », ont voulu « inviter les Européens d’aujourd’hui à ne pas avoir la mémoire courte... »

Les élèves ont travaillé avec leurs professeurs et notamment Denis Toupin sur les images des réfugiés qui - par masse, et avec détermination comme des flux fléchés et matérialisés sur une carte géographique - se dirigeaient plein d’espoir vers des pays européens. Une Histoire qui se répète.

«  Nous sommes devenus plus européens...  » disent les enfants ; et ils expliquent qu’ils ont vécu ce projet « au rythme d’un rêve aussi : celui de devenir une Europe accueillante. (…) nous avons réfléchi à l’Europe, nous avons réfléchi aux défis européens et aux valeurs européennes qui sont les nôtres. Ce que nous souhaitons, c’est que le message soit entendu et relayé, et qu’on s’arrête un peu, qu’on réfléchisse et qu’on se souvienne surtout...Voilà ce que nous souhaitons. » Voilà qui est fait, les enfants !


Réagir

"Eux", les réfugiés, futurs européens de demain...

Publié le: 18 mai 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Disparités Europe International Éducation
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS