| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Gildas Charlès

Photos...

Une photo est-elle neutre ? Délivre-t-elle un message objectif, surtout quand elle vient illustrer un évènement ? Ce message est-il celui voulu par l’auteur ? Est-il bien conforme au moment vécu ? Ou est-ce le récepteur qui fait le message ? La photo serait alors non-neutre, et deviendrait subjective en raison de l’interprétation qu’en fait le lecteur ?

Je m’interroge à ce sujet, pour deux raisons. La première est liée à mon hobby de photographe amateur, membre actif du club Laval Image ; chaque mois, nous sommes amenés à discuter des photos proposées par les adhérents, et parfois le message voulu n’est pas celui reçu, il est compris différemment. Et le décalage peut parfois être plus grand entre émetteur et récepteur quand la photo est accompagnée d’un titre qui peut-être légende...

La seconde raison vient d’un échange récent sur Twitter avec Claude Gourvil, conseiller municipal et communautaire EELV de Laval, suite à la publication de deux photos, et ce, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle résidence hébergement et du pôle social au Lycée Robert Buron à Laval. Celle de gauche avait été publiée sur le compte Twitter du Courrier de la Mayenne et celle de droite sur celui du conseil régional des Pays-de-la-Loire.

Claude Gourvil avait réagi, reprochant au conseil régional une coupe « politique » : « Le bon vieux temps des dictatures. 2 élèves et @EtonnoL CR #EELV supprimées de la photo par @paysdelaloire » Comment réagir à cela, comment comprendre une telle réaction ? Parler de dictature n’est pas innocent.

Première interprétation possible, celle du photographe. Et c’est ainsi que j’ai répondu : « 2 photos, publiées par 2 comptes différents, prises par 2 photographes, sous des angles différents = Dictature ? Vous valez mieux que ça !!!  ». En effet, nous avions là deux photos, de deux photographes, celui du CDLM, et celui mandaté par le Conseil régional probablement. Fallait-il y voir une volonté politique dans le cadrage de la deuxième ? Claude Gourvil y tenant me répondit : « Le choix de cadrage, au déclenchement ou à la PAO est acte politique intentionnel et manifeste. »

La deuxième interprétation ne pouvait donc qu’être politique. En relisant le tweet initial, cela devenait évident : M. Gourvil exprimait une réaction corporatiste, ou plutôt confraternelle, en raison de l’absence sur la photo du conseil régional de Mme Etonno, conseillère régionale EELV. Certes, le corporatisme était atténué par la notification de l’absence des deux élèves, mais y-aurait-il eu une réaction aussi véhémente en l’absence de Mme Etonno ? Aurait-il réagi de la même manière si la photo présentée par le CDLM avait été ce recadrage à gauche et celle du conseil regional encore plus serrée, ici à droite :

Ces deux recadrages nous offrent une nouvelle interprétation de l’évènement ; une vision plus orientée politiquement parlant si l’on est au fait de l’ensemble des personnalités qui étaient présentes ce jour-là à l’inauguration.

La manipulation politique, vue par Claude Gourvil aurait été acceptable si une seule photo avait été publiée, avec deux cadrages différents, masquant ainsi une vérité. Nous aurions pu également débattre si la deuxième photo avait proposé cette vision de l’évènement : Mme Leroy, vice-présidente du conseil régionale chargée des lycées, M. Garot député de la Mayenne, M. Zocchetto maire de Laval et M. Antraccoli proviseur du lycée. Qu’auraient dit les soutiens des personnalités ainsi « disparues », Mme Soultani-Vigneron, M. Richefou, M. Veaux... ?

Donc oui, M. Gourvil a raison sur le fait que le cadrage peut avoir une signification intentionnelle, mais cette intention est multiple : celle de l’auteur, et celles de ceux qui verront l’image et l’interpréteront avec leurs préjugés. Pour ma part, ce qui me gênait le plus au final, c’est le rôle dévolu aux deux élèves, à qui est destiné le bâtiment inauguré : celui de porte ruban. Cela aurait eu une toute autre signification si l’on avait daigné les laisser le couper, non ?


1 commentaire

Réagir

Je vous fiche mon billet #21

Publié le: 2 octobre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Presse Politique Photographie
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS