Long le chemin!

Et à petite vitesse!

Raisonnablement, il est bien long le chemin vers l’écologie et les économies d’énergie. Les énergies vertes. Les écologistes progressent dans les urnes mais ne sont pas suffisamment relayés en dehors des créneaux politiques des rendez-vous électoraux

Par leglob-journal


Et ce n’est pas la taxe récemment carbonisée, et renvoyée à l’énergie et à l’idée de consensus européen pour sa mise en place, qui devrait inciter les particuliers à s’y mettre ! Plusieurs mois ont passé après le ramdam fait autour de cette « nouvelle cause» et puis plus rien. Suffit pas de dire, faut vouloir !

Réunir une grande messe baptisée « grenelle de l’environnement » en souvenir d’un Grenelle antérieur cela n’a somme toute pas été suffisant sauf à créer un effet de communication, et de ce point de vue là, cela a été réussi. Et les « Grenelle » qu’ils aient été régionaux ou pas, ont été réuni pour finalement aboutir à quoi ? Beaucoup sont encore à se le demander, et font l’addition. Surtout que les aides comme les « crédits d’impôts », mesures prétendument incitatives pour aider à l’installation, pour encourager, sont revues à la baisse. Alors, y a pas photo : il faut légiférer pour passer la vitesse supérieure!

Comme en Espagne par exemple qui oblige à prévoir un système alternatif au pétrole ou au gaz, un système d’énergie dit renouvelable, quand on dépose un permis de construire dans certaines zones du pays.

Car sans système alternatif, pas de permis de construire !
Simple mais bien efficace. Comme cette obligation maintenant qui prévoit une piste cyclable pour toute nouvelle route construite. Et cela marche. Vive la loi ! On le voit, plus que de l’incitation, il faut de l’obligation. Car du retard on en a, et sur bien des pays comme l’Allemagne par exemple pour ne citer que celui-ci.

La loi comme moteur de développement ! Non pour contraindre les particuliers à s’équiper contre leur gré car dans la très grosse majorité, ils sont plutôt pour et voudraient bien franchir le pas malgré la cherté des installations, mais bien pour obliger l’autre composante, de la machine, à savoir les industriels, à développer les énergies renouvelables et du coup faire baisser les coûts de fabrication et les prix à la consommation. Alors obligeons donc encore plus les industriels à s’engager. A s’y mettre, et sérieusement. Il n’y a pas d’alternative !

Laisser un commentaire