Podcast > « Endiguons le racisme systémique » – Par Rihaoui Chanfi 🔓

Le conseiller municipal à Laval, Rihaoui Chanfi, le premier noir élu en Mayenne...

Rihaoui Chanfi dans les locaux du Glob-journal, 24 grande rue à Laval – © leglob-journal.fr


La belle lettre guillemet du Glob-journal

Je suis le premier noir qui siège au conseil municipal de Laval, en Mayenne… » . Elu sur la liste de Florian Bercault (DVG), Rihaoui Chanfi est délégué à la « Pratique sportive » .

Dans cette entretien qu’il a nous a accordé, il développe toutes les difficultés qu’il a rencontrées en France pour « être à égalité avec ses concitoyens » , simplement parce qu’il a une couleur de peau qui le différencie des autres. Rihaoui Chanfi détaille par le menu, dans cette entretien sonore de plus d’une demi heure, ce que le racisme a provoqué chez lui quand il était aux études, quand il envoyait des CV pour trouver du travail, ou simplement pour pouvoir franchir les portes de certaines institutions… Confronté aux refus systématiques, il nous raconte ce qu’il a ressenti et porte un jugement sur la République qui a dû mal à assimiler les gens de couleurs

L’élu, « issu des quartiers populaires » a fait tout son parcours politique à gauche, en soutenant dernièrement, en tant que Jeune socialiste François Hollande lors de son élection en 2012. Il s’est ensuite tourné vers Emmanuel Macron, en 2017, dont il a dit par la suite, officiellement, avoir été profondément déçu par sa politique. Rihaoui Chanfi devait finalement claqué la porte de LREM 53 où il était « animateur à Laval » , pour rallier la liste du maire DVG Florian Bercault, dont, depuis, il ne tarie pas d’éloge…

Rihaoui Chanfi, vous allez l’entendre n’hésite pas à parler de « racisme systémique » et porte un regard aigu sur la situation de ces compatriotes estimant qu’ « il faut sortir de ce déterminisme » qui colle à la peau de ces « minorités visibles » en France. Il regrette notamment qu’il faille quatre générations pour pouvoir prétendre, éventuellement, être accepté comme un être humain à part entière… ◼


le slogan du Glob-journal

Laisser un commentaire