| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Laval, une ville qui bouge. Titre en Une du dernier bulletin municipal Laval la ville. La municipalité veut le croire en choisissant cette méthode d’auto-persuasion issue des travaux du psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie.

Alors bouge-t-elle réellement ? Pas si sûr. Beaucoup de lavallois ont même le sentiment que « ça ronronne, comme un moteur qui tourne bien, mais ça ne fait que ronronner  ». Pas de grands dossiers, ceux de la précédente municipalité sont carrément abandonnés ou alors s’il arrive qu’il y en ait de présenté, ils sont revus à la baisse faute de fonds financiers suffisants. Bref, c’est un peu comme disent des lavallois qui s’interrogent, le retour de la Belle au bois dormant.

- Par leglob-journal

Un sentiment que met en valeur par exemple le PCF qui dans un communiqué écrit : « François Zocchetto promettait pendant sa campagne de Réveillez Laval. Or depuis son élection, la ville n’a jamais semblé aussi endormie…  ». Et voilà que resurgit la métaphore oubliée du dessin animé de Walt Disney. Qui a dit que l’histoire ne se répète pas.

La formule de « la belle endormie » date des années d’Aubert. Les lavallois en avaient assez à l’époque de la « petite ville embourgeoisée » qu’incarnait Laval. Il fallait du sang neuf, des projets, que ça bouge, qu’on puissent se distraire et que souflle un vent issu de nouveaux arrivants sur la scène politique, bref ils voulaient un regain politique et culturel pour cette ville de plus de 50 000 habitants à l’époque et qui donnait l’impression de s’être assoupie.

La une du magazine L'Express avec son "12 pages" local largement inspiré des articles de leglob-journal

2015 : la nouvelle équipe est au pouvoir. Elle a facilement détrôné la gauche-unie de Guillaume Garot car l’équipe municipale socialiste-écolo matinée de PCF a fait des erreurs parfois grosses comme elle, qui lui ont été fatales ouvrant un boulevard à l’équipe d’alternance conduite par un ancien de François d’Aubert qui fut son "ministre des finances", le sénateur UDI François Zocchetto. Alternance et remake car finalement « on prend les mêmes et on recommence. »

Il suffit qu’on touche aux bibliothèques dernièrement dans les quartiers populaires en y mettant des bénévoles à la place de titulaires et le PCF mayennais de s’insurger : « Toute la politique de la nouvelle municipalité ne tourne qu’autour d’un seul objectif : réduire de 10 % les impôts. (...) Au détriment de services publics de qualité et de proximité, et pour voir tous les projets abandonnés. (…) ».

De fait la voilure a été considérablement réduite. On ne sent pas d’ailleurs un vent bénéfique souffler sur la ville. Quelques dossiers ont été propulsé sur le devant de la scène comme la rénovation des Bains douches, ou bien la gratuité des musées municipaux, sans oublier celui - emblématique par excellence - de la Cité de la Réalité Virtuelle dont le projet financé initialement à hauteur de 21 millions d’euros a été divisé par deux.

Le Laval Virtual Center qui sera installé dans un batiment acheté par Laval Agglo, pas très loin du Campus universitaire - sur Changé ou encore sur Laval ? - démontre selon certains - et ils sont nombreux à Laval et en Mayenne - un désengagement idéologique vis-à-vis du développement économique et du rayonnement international de la ville.

De fait lorsqu’on examine l’agenda du Sénateur maire de Laval, de retour de Syrie où il a serré - dans une situation de pataquès nationale - la main de Bachar Al-Assad, il a été question de peu d’évènement d’importance. A part sa présence officielle aux assemblées obligatoires (Conseil municipaux et communautaires par exemple) « François Zocchetto se fait rare » constatent des lavallois étonnés.

La dernière inscrite sur l’agenda officielle en terrain lavallois, sur sa ville donc, remonte au vendredi 27 mars, où il devait inaugurer en présence de son adjointe Chantal Grandière la Fête foraine qui s’est installée temporairement en centre ville ! Mais « le travail se fait et on a pas besoin forcément de le faire savoir  », allusion directe à l’équipe précédente qui communiquait beaucoup et même beaucoup trop.

Il n’empêche entre le trop et le pas assez, il y a sans aucun doute un juste milieu à trouver. A moins que, mais cela parait peu probable tout de même, le pouvoir de l’imagination ne soit pas franchement en mesure d’influer tout simplement sur le pouvoir !


Réagir

"Laval, une ville qui bouge" : dans "Laval la ville", la municipalité pratique la méthode Coué

Publié le: 31 mars 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique Droite Cité
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS