| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Les Français à 95% se déclarent, selon un récent sondage, en faveur de l’euthanasie * . 90% des Français se déclarent aussi en faveur du suicide médicalement assisté ** . Le même sondage révèle que pour 39% des Français les questions liées au droit de mourir dans la digni- té auront une forte influence dans leur vote. Enfin, un Français sur trois (32%) est prêt à renoncer à voter pour le candidat dont il se sent le plus proche si celui-ci se déclare opposé à l’euthanasie. Une enquête, sur fond de campa- gne électorale, qui interpelle Michel Neveu, le Délégué départemental de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD 53).

- Par Michel Neveu

Le prochain président de notre République méprisera-t-il encore longtemps les Français ?

François Hollande, qui avait fait de ce sujet le vingt et unième de ses soixante engagements pour la France lorsqu’il était en campagne a trompé une fois à l’Élysée une grande majorité des Français pourtant largement favorable à une nouvelle loi de liberté permettant l’aide active à mourir.

C’est pourquoi, j’accuse une grande partie de la classe politique qui reste sourde devant la détresse de nos concitoyens, aveugle à la déchéance des corps, étonnamment ignorante de la réalité des conditions de fin de vie dans notre pays aujourd’hui.

D’ailleurs combien de nos gouvernants savent véritablement ce qui se passe réellement à la toute fin de vie lorsque l’on ne bénéficie d’aucun passe-droit pour entrer notamment en soins palliatifs quant à peine 20% des mourants peuvent en bénéficier ? Ont-ils entendus ces appels au secours de celles et ceux qui refusent la survie aidée de machines qui leur est imposée par tout un système ?

Je pense que le droit de mourir dans la dignité mérite que le débat s’engage de façon ouverte, sans contrainte dogmatique ou religieuse. Comment comprendre que la liberté, valeur fondamentale qui oriente la vie de chacun soit si difficile à admettre quant au choix de sa fin de vie ? Pour ma part je suis très attaché à la défense des libertés individuelles, et je considère que le droit de vivre sa mort et de finir sa vie dans la dignité relève d’un choix individuel qu’il convient de respecter.

C’est la volonté de la personne qui doit prévaloir et sa capacité à apprécier ce qui est digne ou indigne qui doit lui être reconnue.

Je milite pour ouvrir un droit qui ne s’imposera à personne, chacun aura le droit d’en user ou pas. Je milite pour une nouvelle loi de liberté, le droit à l’euthanasie, le droit au suicide médicalement assisté comme je milite pour l’accès universel aux soins palliatifs. Je respecte le choix d’un patient qui souhaite vivre sa maladie jusqu’au bout ; chacun doit pouvoir choisir en toute conscience les conditions de sa propre fin de vie.

Ce n’est pas faute de demander aux Français leurs souhaits en matière. Ces dernières années de multiples sondages ont été réalisés et à chaque fois plus de 90% souhaitent la légalisation d’une aide active à mourir. Dans notre pays les Français meurent mal et ce n’est hélas que trop souvent une évidence pour ceux qui ont pu accompagner un proche dans les derniers jours de sa vie.

Des études officielles donnent aussi leurs vérités en nous offrant de tristes constats : 58% des décès ont lieu à l’hôpital, 27% à domicile, 12% dans des établissements pour personnes âgées et 3% dans des lieux divers.

Et puis est-il normal qu’aujourd’hui des Français de plus en plus nombreux aillent mourir en Suisse (pays qui a légalisé le suicide assisté) par exemple en dépensant des sommes d’argent considérables afin d’en finir avec la vie parce qu’ils n’en peuvent plus ?

L’heure est donc venue de franchir un nouveau pas. L’exemple des législations sur l’euthanasie de trois de nos voisins européens (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas) nous y invite. Alors ? Le prochain président de notre République méprisera-t-il encore longtemps les Français - et ses électeurs - en ignorant leur demande ?

*91% pour les électeurs de Fillon, 94% pour ceux les électeurs de Hamon et de Mélenchon, 96% pour les électeurs de Macron et 99% pour les électeurs ceux de Le Pen.

**86% pour les électeurs de Fillon et de Hamon, 91 % pour ceux de Macron et 94% Le Pen et Mélenchon.


Réagir

Le « J’accuse » de l’ADMD 53 - Par Michel Neveu

Publié le: 16 avril 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Actuel Vie Santé Présidentielles2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS