| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Samia Soultani-Vigneron*

Monsieur Gruau, La France est belle. La France est grande. La France est l’idéal que ceux qui la choisissent n’ont pas trouvé sur les terres de leur naissance. Au fil des années dans un milieu politique dur, parfois même sans pitié pour ceux qui n’en sont pas issus, je me suis forgée une carapace pour protéger mon rêve d’une France grande par ses valeurs et ouverte par leur universalité.

Depuis votre élection au conseil municipal de Laval, j’ai fait preuve de tolérance et me suis d’abord obligée à vous écouter pour essayer de comprendre. J’ai ensuite choisi l’indifférence pour vous pardonner vos écarts sur « la Franco-marocaine », sur « les étrangers », sur « les profiteurs », sur « les envahisseurs », sur « l’africanisation de Laval ». Je préfère que ma mémoire soit courte pour ne pas égrener tous vos propos tantôt provocateurs tantôt insultants pour l’histoire de la France qui vous est si chère.

C’est vous qui êtes dans le tort, Monsieur Gruau, car vous vous appropriez un pays dont vous ne partagez aucune valeur.

Comme tant d’autres, je n’ai fait le choix de la France ni pour profiter ni pour être assistée mais parce que j’ai rêvé de ses valeurs, de son histoire, de sa culture et de l’avenir que je veux partager avec ceux qui voient la France riche par sa diversité.

Sans naïveté aucune, je continue à penser que la France s’est enrichie par la diversité de son peuple qui a fait son histoire car être Français c’est l’aimer sans faille et s’y engager sans limite pour que demain nous soyons capables de laisser intact ce bel idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Combien d’africains sont morts pour la France ?

Combien de Harkis ont laissé leur vie en Algérie après avoir été humiliés parce qu’ils ont osé aimer la France ?

Combien sont-ils encore à se sentir profondément Français ?

Jusque-là, j’ai bien voulu pardonner vos outrances à l’égard de la « femme franco-marocaine » que je suis en pensant que cela cachait vos propres souffrances. Hier soir [Lundi 15 mai, au cours du conseil municipal, NDLR], vous avez fendu, d’un coup d’épée, cette carapace que j’ai mis tant d’années à construire pour me protéger et continuer encore à me battre pour mes idéaux.

Outrée, blessée, abasourdie... Que de mots qui me viennent sans vraiment décrire ce sentiment si étrange qui est de réaliser que l’on peut encore aujourd’hui par bêtise humaine classer et hiérarchiser les Français selon leurs origines et leur couleur.

Oui, vos propos étaient bel et bien racistes !

Ils me confortent dans la nécessité de mon double combat : d’être à la hauteur de la confiance de ce pays qui m’a donné ma chance pour être ce que je suis aujourd’hui : une femme française jusqu’au bout des ongles, accomplie et engagée sans retenue pour la France.

De construire une muraille, non pas entre quartiers lavallois comme vous le souhaiteriez, mais entre vous et moi. Entre ces Français modérés et ces extrémistes de tous bords dont les discours populistes vous ont permis, le temps d’un conseil municipal, d’exprimer ce qu’il y a de pire en chacun de nous : la haine de l’autre.

* Première adjointe à la Ville de Laval, présidente LR en Mayenne, et vice-présidente de la Région Pays de la Loire


Réagir

Lettre ouverte au conseiller municipal de l’extrême-droite à Laval - par Samia Soultani-Vigneron

Publié le: 16 mai 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique LR Etrangers Tribune Libre
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS