| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

« Etre dans la minorité est une place difficile », ici comme ailleurs. Même en Mayenne où rien ou presque n’est fait pour faciliter la tâche de ceux qui ne pèsent pas en nombre suffisant. Le jeu de la petite guerre politique ne grandit pas en apparence la démocratie locale. C’est ainsi. L’Homme quand il devient politique en oublie presque son humanité pour endosser le plus souvent des habits du cynisme.

- Par Thomas H.

Un élu municipal démissionnaire

En Mayenne, « être dans la minorité est une place difficile » a écrit un conseiller municipal d’opposition qui siégeait dans la municipalité de Saint-Berthevin une des principales villes de la première couronne autour de Laval. Finalement ce conseiller a choisi, comme une autre élue, de jeter l’éponge, et donc de démissionner.

Il a expliqué que « […] peu d’entre vous l’ont vécu et vous comprendrez bien que je le regrette et que je pense même que c’est dommage, car cela aurait peut-être permis de modifier certains de vos comportements. […] Subir en public, à plusieurs reprises, des propos humiliants, sur un ton menaçant, de surcroît devant un personnel semble-t-il plus ou moins complice m’ont profondément affecté et démobilisé et ne correspondent pas aux valeurs auxquelles j’adhère. » L’élu municipal s’est lâché en s’adressant aux élus de la majorité en pleine séance du conseil municipal.

Quantité négligeable - Cette homme a choisi de s’exprimer en public en lisant la feuille sur laquelle il a couché ce qu’il avait sur le cœur pour expliquer sa démission après plusieurs dizaines d’années d’expériences de la politique locale : « beaucoup d‘élus démissionnent en évoquant des « raisons personnelles ». Ces raisons diverses laissent place à beaucoup d’interprétations. Mon souci de la vérité et de dire toujours ce que je pense m’amènent à vous livrer ces raisons personnelles.  »

Être dans la minorité, c’est parfois se sentir humilier. Quantité négligeable, on est donc plus soumis que décideur. Et être élu ce sont des heures d’investissement personnel.

Être dans l’opposition, c’est subir « des inégalités de traitement par rapport à ceux de la majorité tant sur le plan matériel (courrier dans le couloir, accès à certains lieux….) que sur le plan connaissance ou partage des informations sur les dossiers les plus importants.  »

Beaucoup d’élus locaux de la République sont malheureusement dans cette situation que décrit cet élu berthevinois. Ce sont souvent des élus de gauche qui ressentent cette différenciation, cette attitude discriminante. Il faut rappeler que la Mayenne est un département ancré à droite et conservateur.

Le courage ! - Une mairie en Mayenne sans devise« Aux Primaires citoyennes du PS, dans le fief du Président du Conseil général du sénateur Jean Arthuis, 805 votants ont été enregistrés sur la Communauté de Communes du Pays de Château-Gontier. 805 personnes en âge de voter se sont donc rendues aux urnes pour voter "à gauche". C’est peu et beaucoup à la fois.

Une des élus de la minorité socialiste au conseil municipal de Château-Gontier constate que « cette concertation a eu un formidable retentissement : celui de donner le courage à des hommes et des femmes de toute catégories sociales d’oser dire publiquement que leurs convictions profondes étaient à gauche.  »

Lire aussi : Clivage

Oser aller voter pour exprimer qu’on est différent et que ses idées vont à l’encontre de l’air politique ambiant majoritaire, ce sont presque des attitudes proches de celles que connaissent toutes proportions gardées, bien-sur, les citoyens du monde où l’oppression règne. Où le manque de liberté est criant. Dans des pays lointains, et souvent troublés.

Vieilles lunes - Cette élue continue d’analyser ce qui s’est passé en s’appuyant sur les us et coutumes en vigueur dans le département et en expliquant qu’« en Mayenne, notamment en milieu rural, même les élus n’osent pas dire qu’ils soutiennent la Gauche. Les vieilles peurs historiques, même complètement désuètes, sont bien ancrées : bolchevisme, ruine des petits patrimoines, anticléricalisme, etc.

La peur du « qu’en dira-t-on », de se fâcher avec voisins, amis, famille si l’on avoue voter à Gauche est bien là. C’est ainsi que depuis des décennies le mythe de « l’apolitisme » fleuri. Mais un homme politique peut-il ne pas faire de politique ? Les peurs sont soigneusement entretenues par la Droite mayennaise qui en fait son "faire valoir". » conclue l’élue.


Réagir

Pas facile d’être un élu d’opposition

Publié le: 22 octobre 2011
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Mayenne Libertés Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Il ne suffit pas de l'écrire
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS