Mercosur : « la porte ouverte à 152 nouveaux pesticides » – Par Henri Marteau

L’Union Européenne (UE) et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) se sont entendus sur un vaste traité de libre-échange. Ce n’est pas rien, puisque près de 780 millions de personnes sont concernées par cet accord commercial. Essentiellement des européens qui sont estimés à 515 millions en UE. Le reste, soit 265 millions le sont pour les pays du Mercosur en Amérique latine. Pourquoi faut-il ne pas faire trop confiance à ce traité? Pour plein de raisons selon l’auteur de cette tribune.

Des échanges en plus, mais à quel prix?

Par Henri Marteau

n ne peut que se réjouir que les trois députés mayennais aient votés contre le CETA. Cet accord de libre échange entre l’Union Européenne (UE) et le Canada relève de la même logique que tous les accords signés par l’Union Européenne : c’est à dire baisser les tarifs douaniers et les normes dites non tarifaires : normes sanitaires, normes environnementales pour permettre plus de commerce.

Cela veut dire aussi abaisser nos frontières économiques pour permettre au Canada d’exporter plus facilement vers l’UE ses produits agricoles interdits de production dans l’UE car non conformes aux normes sanitaires en vigueur chez nous.

En échange son marché intérieur sera également accessible pour permettre notamment à l’industrie allemande de l’automobile, chimique et pharmaceutique, d’exporter ses produits. L’agriculture française, donc notre alimentation, sert de variable d’ajustement pour permettre aux grosses firmes allemandes d’exporter ! On trouvera donc sur nos étals des plats préparés avec de la viande contenant des hormones de croissance, des composants contenant des OGM et des traces de pesticides interdits chez nous.

Plus grave encore, cet accord prévoit la mise en place de tribunaux d’arbitrage dits « indépendants » pour régler les différents, c’est-à-dire la création de juridictions privées qui échapperont totalement à l’autorité des États !

Et d’autres accords vont suivre, comme l’accord UE – MERCOSUR signé entre l’UE et quatre pays de l’Amérique latine (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) relève de la même logique : ouvrir nos frontières aux produits agricoles du Brésil du président d’extrême-droite Jaïr Bolsorano qui détruit la forêt amazonienne et vient d’autoriser 152 nouveaux pesticides. Même si on nous explique que les produits alimentaires importés ne contiendront pas de pesticides interdits chez nous et n’auront pas participé à la déforestation, comment le croire? Souvenons-nous du nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté à la frontière française !

L’élevage français sacrifié

Les accords de libre échange signés par l’UE sacrifient toujours l’agriculture française pour permettre à l’industrie allemande d’exporter, parce que la France, à mon avis, n’est plus un pays industriel ! On a beau nous dire que les Appellations d’origines contrôlées (AOP) seront toujours protégées, mais on fait silence sur les éleveurs de bovins français qui seront sacrifiés.

Libre échange – Un cargo avec ses containers sur l’océan

Souvenez-vous de la campagne des européennes avec « l’Europe qui protège« . Ce n’est pas très loin. En terme de protection, tous les candidats allant du Rassemblement National à La France Insoumise, nous en promettaient des tonnes… Hé bien maintenant que le spectacle des élections européennes est terminé, « l’Europe qui protège« , c’est finit.

Désormais, nous ne sommes plus en campagne électorale et l’UE, c’est celle qui signe le MERCOSUR. Là encore, tous les candidats à l’élection européenne nous avaient dit qu’on n’allait pas signer les traités de libre échange dans n’importe quelle condition, qu’ils allaient être vigilants et qu’il ne fallait surtout pas nous inquiéter parce qu’une fois élus, ils veilleraient à notre place… Mais à la fin, on signe!

Ces accords négociés par des représentants des élites qui sont pétries de la religion du libre-échangisme servent uniquement les intérêts des multinationales et ce au détriment des peuples. Nous avons à faire, selon moi, à des élites européennes non élues et françaises qui sont complètement déterritorialisées. Non seulement elles ont abandonnées toute défense de l’intérêt de leur pays parce que cette attitude est jugée réactionnaire et ringarde, mais également toute défense de la volonté des peuples parce que c’est, – comment dire? – populiste.

La démocratie, c’est bien, mais là, le message envoyé est clair. La démocratie, c’est uniquement quand les citoyens votent dans le sens voulu par ses élites. Le commerce, c’est beaucoup trop sérieux, en fait, pour demander l’avis aux peuples.

Demain, d’autres accords de libre échange suivront. Alors les citoyens auraient bien raison, à mon avis, de se mobiliser contre ces accords. Et si les urnes ne suffisent plus, elles doivent laisser la place à des pétitions, à des référendums et à tout ce qui va permettre de reprendre la main face à un système devenu totalement dingue. Bref, il est temps de dire : « ça suffit ! » Non?


Soutenez leglob-journal en Mayenne : faites un don

Vous avez commenté cet article :

  1. Lire aussi : Agriculture, il nous faut changer de cap - Par Dominique Morin - leglob-journal

Commenter cet article