Mercosur : « la porte ouverte à 152 nouveaux pesticides » – Par Henri Marteau

L'Union Européenne (UE) et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) se sont entendus sur un vaste traité de libre-échange. Ce n'est pas rien, puisque près de 780 millions de personnes sont concernées par cet accord commercial. Essentiellement des européens qui sont estimés à 515 millions en UE. Le reste, soit 265 millions le sont pour les pays du Mercosur en Amérique latine. Pourquoi faut-il ne pas faire trop confiance à ce traité? Pour plein de raisons selon l'auteur de cette tribune.

Des échanges en plus, mais à quel prix?

Par Henri Marteau

n ne peut que se réjouir que les trois députés mayennais aient votés contre le CETA. Cet accord de libre échange entre l'Union Européenne (UE) et le Canada relève de la même logique que tous les accords signés par l'Union Européenne : c'est à dire baisser les tarifs douaniers et les normes dites non tarifaires : normes sanitaires, normes environnementales pour permettre plus de commerce.

Cela veut dire aussi abaisser nos frontières économiques pour permettre au Canada d'exporter plus facilement vers l'UE ses produits agricoles interdits de production dans l'UE car non conformes aux normes sanitaires en vigueur chez nous.

En échange son marché intérieur sera également access...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici